Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Radiopharmacie et médecine nucléaire, le projet Iron devenu Labex

Le projet Iron porté par le Pr Françoise Kraeber-Bodéré a obtenu le label «Laboratoire d’excellence» ou « Labex ». Cette reconnaissance, gage de qualité pour la recherche en radiopharmacie et en médecine nucléaire est accompagnée d'un soutien financier de 4,5 M€ sur huit ans.

Le projet Iron porté par le Pr Françoise Kraeber-Bodéré a obtenu le label «Laboratoire d’excellence» ou « Labex ». Cette reconnaissance, gage de qualité pour la recherche en radiopharmacie et en médecine nucléaire est accompagnée d’un soutien financier de 4,5 M€ sur huit ans.
Le projet Iron (Innovative Radiopharmaceuticals in Oncology and Neurology) porté par le Pr Françoise Kraeber-Bodéré est l’un des 71 candidats retenus suite à l’appel à projets « Laboratoire d‘excellence » du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. L’équipe du CRCNA, codirigée par le Pr Bodéré, coordonne ce Labex, consortium national associant sept autres villes (Angers, Caen, Orléans, Rennes, Strasbourg, Toulouse, Tours), le cyclotron Arronax et le futur cyclotron de Strasbourg et Subatech.
Le projet vise à développer des produits radiopharmaceutiques innovants. Il porte sur trois grands axes : images fonctionnelles des maladies neurologiques ; imagerie phénotypique et fonctionnelle des tumeurs et de l’AVC ; nanomédecine. Les pathologies concernées sont nombreuses et dans plusieurs domaines : démence, maladies inflammatoires, dégénérescence cérébrale, tumeurs hépatiques, cancer du poumon, de la prostate et du sein, myélome…
Ce programme financé pour huit ans ambitionne de mettre au point un ou deux produits radiopharmaceutiques pour chaque axe de recherche, éventuellement en collaboration avec des laboratoires privés.
Parallèlement, le Labex devra assurer une mission d‘information et d’éducation des professionnels et du grand public via des congrès scientifiques, des publications, la participation à la Fête de la science, un site internet… Les partenaires du projet assureront aussi des formations en licence, master et doctorat et développeront une formation de haut niveau sur les produits pharmaceutiques.
4,5 M€ pour huit ans
La labellisation est  assortie d’une dotation de 4,5 M€ sur huit ans ; un apport qui devrait aider à lever des fonds supplémentaires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.