Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Recherche : 81 projets retenus dans 20 CHRU pour près de 40 M€

Le ministère des Affaires Sociales et de la Santé vient de publier les résultats du 20ème programme hospitalier de recherche clinique national (PHRC). Sur les 161 dossiers déposés, le jury a retenu 86 projets dont 81 en CHU pour un investissement total de 41,8 millions d’euros (40 millions d’euros pour les CHU).

Le ministère des Affaires Sociales et de la Santé vient de publier les résultats du 20ème programme hospitalier de recherche clinique national (PHRC). Sur les 161 dossiers déposés, le jury a retenu 86 projets dont 81 en CHU pour un investissement total de 41,8 millions d’euros (40 millions d’euros pour les CHU).

Comme le souhaitait le ministère cette année, l’accent a été mis sur l’internationalisation. Parmi les 86 dossiers financés, 7 ont une dimension internationale associant 16 centres étrangers dans 9 pays dont 7 en Europe (Belgique, Tchéquie, Espagne, Allemagne, Italie, Pays-Bas et Suisse) et 2 hors Europe (USA et Canada).

Davantage de programmes ambitieux et de grande envergure. Deux projets dépassent le million d’euros. Le plus gros budget – 1,6 M€ – a été alloué à un programme s’intéressant à la 3ème cause de mortalité vasculaire : la maladie veineuse thromboembolique symptomatique ; une pathologie commune du vieillissement. L’étude porte sur sa prévention par héparine de bas poids moléculaire chez les patients hospitalisés de 75 ans et plus.  Cet essai randomisé contrôlé versus placebo, impliquera 37 centres dont 1 au Canada, 1 en Belgique, 1 en Allemagne et 2 en Suisse. Porté par le Pr Dominique Mottier du CHRU de Brest. L’établissement s’est félicité de cette sélection dans un communiqué du 27 décembre.
Enfin parmi les thématiques traitées, on retrouve des priorités d’enjeu sociétal  : 16 projets concernent les soins primaires et 8 projets sont dédiés au vieillissement.

Pour illustrer la sélection 2013, le ministère a mis en exergue 3 autres PHRC – en plus de celui du Pr Mottier du CHRU de Brest

• le projet du Dr. Camille Taille, de l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris, portant sur l’intérêt d’un traitement prolongé par aspirine dans l’asthme non contrôlé. Ce projet de médecine générale est un exemple de ce que la recherche clinique peut apporter aux soins primaires.

• le projet du Dr. Sophie Dupuis-Girod des Hospices Civils de Lyon qui se propose d’évaluer l’efficacité du bevacizumab en spray nasal pour le traitement des épistaxis dans la maladie de Rendu-Osler. Ce projet réuni plusieurs équipes qui unissent leurs effort pour réaliser cet essais randomisé pour évaluer un traitement dans une maladie rare.

• le projet du Pr. René Robert du CHU de Poitiers qui évalue le ressenti des proches et des soignants dans l’arrêt progressif de la ventilation mécanique ou extubation chez les patients de réanimation en fin de vie.
Nombre et Montant total des PHRC par CHU 

CHRU  PHRC                  Montant accordé sous conditions de suivi (€)
Angers 1 712 721
Besançon 3 879 840
Bordeaux 2 643 248
Brest 2 1 802 686
Dijon 1 433 033
Grenoble 2 1 729 421
Lille 3 1 157 877
Limoges 3 1 702 401
Marseille 2 754 596
Lyon  8 4 632 119
Montpellier 1 688 209
Nancy 2 1 309 102
Nantes 3 804234
Nîmes 2 696 928
Paris 33 15 266 035
Poitiers 2 535 955
Rennes 2 292 578
Rouen 2 972 558
Strasbourg 1 273 552
Toulouse 6 4 260 968

En dehors des CHRU, 3 établissements ont vu leurs projets retenus
Le Groupement des hôpitaux de l’Institut catholique de Lille – 1
Le Centre Hospitalier Sainte Anne – 2
Le Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil – 2

« Ces projets auront un impact direct sur la prise en charge des patients et pourront, selon leurs résultats, changer les pratiques cliniques, conformément à l’objectif du PHRC » conclut le ministère dans son communiqué.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”