Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Recherche familles-relais : les bien-portants solidaires des malades

En plus de leur pathologie, certains patients séropositifs au VIH et/ou à une hépatite virale chronique -suivis au sein du service d'infectiologie dirigé par le Pr Raffi du CHU de Nantes et par des associations nantaises- doivent affronter des situations familiales et sociales tendues ; des difficultés qui rendent plus complexes encore leur prise en charge et leur suivi : annonce de la maladie, observance du traitement .... A l'initiative du réseau ville-hôpital VIH et hépatites de Nantes (Revih-Hep) un soutien chaleureux et structurant a été mis sur pied afin de prévenir les risques de dégradations de leur état de santé physique et psychologique.

En plus de leur pathologie, certains patients séropositifs au VIH et/ou à une hépatite virale chronique -suivis au sein du service d’infectiologie dirigé par le Pr Raffi du CHU de Nantes et par des associations nantaises- doivent affronter des situations familiales et sociales tendues ;  des difficultés qui rendent plus complexes encore leur prise en charge et leur suivi : annonce de la maladie, observance du traitement …. A l’initiative du réseau ville-hôpital VIH et hépatites de Nantes (Revih-Hep) un soutien chaleureux et structurant a été mis sur pied afin de prévenir les risques de dégradations de leur état de santé physique et psychologique.

Pour assurer de meilleures conditions de vie à ces personnes, le réseau ville-hôpital, le REVIH-HEP a lancé le dispositif  "Familles-relais" en mars 2005. Aujourd’hui, il recrute de nouveaux volontaires. Il ne s’agit pas d’un hébergement traditionnel mais bien d’un relais n’excédant pas 6 mois d’accueil. Le rôle des familles est de favoriser l’émergence de la parole en respectant l’autre et en l’appréciant tel qu’il est. La famille soutient, accompagne, chemine avec la personne accueillie mais ne l’éduque pas. Les qualités d’écoute, d’accompagnement et la disponibilité constituent des éléments déterminants pour ces accueils. La famille, composée d’un ou plusieurs membres, doit habiter Nantes ou sa proche agglomération (40 km au plus) et pouvoir mettre à disposition une chambre individuelle.
 
Les contrôles et critères à respecter

Un contrat est signé liant, le temps du séjour, la famille, la personne accueillie et le réseau. Les dispositions écrites, de nature contractuelle, autorisent une souplesse de gestion mais surtout, elles garantissent la fidélité à l’idée de base du projet dans le sens où il n’est ni prévu, ni souhaitable de professionnaliser les familles. Ces volontaires sont formées par des professionnels du réseau. Elles sont accompagnées par la coordinatrice du réseau. Des entretiens d’évaluation sont effectués régulièrement. Des réunions trimestrielles sont mises en place rassemblant les familles afin que celles-ci puissent échanger sur leurs pratiques. Ces groupes sont animés par un psychologue ainsi que par la coordinatrice du dispositif familles-relais.

Leur mission n’est pas soumise à une obligation de résultat.

 
Quels sont les tarifs d’indemnisation et qui paie ?

Les familles sont conventionnées et indemnisées, à la différence des familles d’accueil qui sont agréées et salariées. Le SIDACTION, via le dispositif Familles-relais du Revih-Hep,  verse une indemnité journalière de 21.34 € par jour à la famille afin de couvrir les frais d’hébergement.   

 
En savoir plus sur le réseau ville-hôpital, le Revih-Hep

Le réseau ville-hôpital, le Revih-Hep investit dans le domaine de la santé sexuelle (éducation à la sexualité, IST, VIH, contraception, prévention…) a pour mission de coordonner les professionnels du CHU de Nantes et les intervenants pluridisciplinaires du département.

Contact : réseau Revih-Hep – Hôtel Dieu – tél. 02 40 08 31 48 / 06 64 72 16 65

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

HCL : une série vidéo destinée aux patients du cancer digestif 

Le mois dernier, les Hospices Civils de Lyon ont publié une série vidéo destinée aux patients atteints d’un cancer digestif, afin d’expliquer en toute transparence le parcours de soins mis en place à l’hôpital Lyon Sud. Une initiative qui se veut rassurante pour les personnes atteintes.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.