Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Recherche sur le tissu osseux et lutte contre l’ostéoporose

La faculté de médecine de Saint-Etienne abrite depuis quelques années le laboratoire de biologie du tissu osseux. Labellisé Inserm, ce laboratoire bénéficie d'une reconnaissance nationale et même internationale, notamment dans l'étude de la densité osseuse des astronautes. Première étude dans le monde, elle avait fait l'objet d'une publication dans The Lancet. Le Pr Christian Alexandre, rhumatologue au CHU de Saint-Etienne, présente l'activité de son laboratoire.

La faculté de médecine de Saint-Etienne abrite depuis quelques années le laboratoire de biologie du tissu osseux. Labellisé Inserm, ce laboratoire bénéficie d’une reconnaissance nationale et même internationale, notamment dans l’étude de la densité osseuse des astronautes. Première étude dans le monde, elle avait fait l’objet d’une publication dans The Lancet. Le Pr Christian Alexandre, rhumatologue au CHU de Saint-Etienne, présente l’activité de son laboratoire.

L’activité du laboratoire de biologie du tissu osseux est orientée vers quatre axes de recherche fondamentale qui sont :
– La mesure à l’échelon tissulaire, cellulaire et moléculaire de la réponse du tissu osseux à l’activité physique. Il s’agit d’un thème tout à fait original en France dont l’intérêt médical réside dans la prévention de la perte osseuse avec l’âge ou ostéoporose.
– La biologie cellulaire et moléculaire vise plus particulièrement à relier la forme et l’activité des cellules.
– La relation du tissu osseux avec la vascularisation et les hormones comme la leptine et les oestrogènes représente un axe est plus environnemental.
– La génétique ; les individus ne sont pas égaux devant l’activité physique.

Le Pr Christian Alexandre s’investit dans la recherche clinique ce qui représente 25% de l’activité du laboratoire.
Au programme : des études épidémiologiques sur différents types de population (par exemple des enfants pratiquant le football) ou l’expérimentation de médicaments dans le traitement de la polyarthrite.
Recherche fondamentale et recherche clinique sont donc associées dans la lutte contre l’ostéoporose. En outre, l’équipe Inserm travaille actuellement sur l’architecture de l’os en étudiant les conséquences de l’apesanteur sur le système osseux des astronautes. Elle est également associée à un projet européen portant sur la fracture du col du fémur. »

En apprenant le crash de la navette Columbia, les ligériens ont découvert qu’elle transportait également des cellules osseuses indispensables aux recherches effectuées dans le laboratoire du tissu osseux. « Ces pertes concernent plus particulièrement les travaux d’Alain Guignandon à qui il manquera malheureusement quelques résultats pour effectuer une publication très attendue. Il est certain que cela est dommageable mais ce n’est rien comparé aux pertes humaines subies. » explique le Pr Christian Alexandre.

Définition de l’ostéoporose
« Il ne s’agit pas véritablement d’une maladie mais d’une fragilité physiologique de l’os qui entraîne des fractures spontanées. L’atrophie débute après l’enfance mais c’est essentiellement une maladie féminine qui se manifeste après la ménopause en raison de l’absence d’oestrogènes. C’est une maladie silencieuse, sans douleur jusqu’à la fracture, et bien souvent non traitée. C’est aussi une maladie au coût élevé (1 milliard d’euros par an) et une maladie grave (30 % des femmes ayant eu une fracture du col du fémur meurent et 30 % restent invalides). Du fait de l’allongement de l’espérance de vie (un enfant sur deux qui naît aujourd’hui sera centenaire), il est devenu indispensable d’agir très tôt. Aussi, dès son plus jeune âge et tout au long de sa vie, tout individu doit avoir une alimentation équilibrée et une activité physique régulière conseille le Pr Christian Alexandre. Un dépistage est proposé aux femmes à risques à la ménopause grâce à la densitométrie osseuse qui sera bientôt remboursée ».
D’après un article d’Isabelle Zedda

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”