Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Réflexions autour Diagnostic génétique Pré-Implantatoire

En France, trois centres sont autorisés à pratiquer le Diagnostic Pré-Implantatoire (DPI) : Paris, Strasbourg et Montpellier. Le centre de Diagnostic Pré-Implantatoire du CHU de Montpellier a démarré ses activités en juin 2003. Forte de ses deux années d'expérience, l'équipe de Montpellier a convié les médecins à une réflexion sur les aspects médicaux, humains, religieux et philosophiques le 22 décembre 2005.

En France, trois centres sont autorisés à pratiquer le Diagnostic Pré-Implantatoire (DPI) : Paris, Strasbourg et Montpellier. Le centre de Diagnostic Pré-Implantatoire du CHU de Montpellier a démarré ses activités en juin 2003. Forte de ses deux années d’expérience, l’équipe de Montpellier a convié les médecins à une réflexion sur les aspects médicaux, humains, religieux et philosophiques le 22 décembre 2005.

Questions autour d’une prouesse médicale
Spécialistes et représentants des communautés religieuses et philosophiques ont abordé l’aspect provocateur de cette technique, la spécificité de la demande des couples et ont exprimé leurs diverses positions sur ce progrès médical.

Définition
Le diagnostic génétique pré-implantatoire est pratiqué depuis 1990 dans le monde. Il s’adresse à des couples fertiles ou infertiles ayant une maladie génétique grave héréditaire. Il nécessite de nombreuses compétences autour du couple. Gynécologues, biologistes de la reproduction, cytogénéticiens, biologistes moléculaires, généticiens cliniques, et psychologues travaillent ensemble. A Montpellier 11 enfants sont déjà nés, tous indemnes de la maladie grave génétique héréditaire qui risquait de leur être transmise, 13 autres sont attendus.

La loi de bioéthique de 1994 et 2004 définit clairement les indications de pratique du DPI ; elles ne peuvent concerner que les maladies d’une particulière gravité et incurables au moment du diagnostic. Les couples sont inclus dans un protocole de fécondation in-vitro. Le DPI consiste à réaliser le diagnostic d’une anomalie génétique à partir d’une ou deux cellules prélevées sur l’embryon humain in vitro. Il permet de transférer in utero le ou les embryons indemnes de la maladie recherchée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.