Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Réparation des lésions du cartilage du genou :première greffe de chondrocytes cultivés en France

Pour la première fois en France un CHU cultive, à partir de fragments de cartilage, une suspension cellulaire en vue de greffe autologue de chondrocytes permettant de réparer les lésions du cartilage du genou.

L’exercice physique ayant pris dans notre société une part importante, on constate une incidence croissante des lésions traumatiques méniscales, ligamentaires et cartilagineuses au niveau du genou. Ces dernières, décelables par arthroscopie ou IRM, ne se réparent pas spontanément et n’ont pas de traitement efficace connu. Ceci pose un problème considérable chez le sujet jeune car ces lésions, non seulement entraînent des douleurs et une invalidité, mais sont de plus génératrices d’arthrose précoce et parfois sévère pour laquelle le traitement usuel est le remplacement prothétique. Or ce traitement n’est pas souhaitable pour des sujets jeunes du fait de la durée de vie limitée de ces prothèses.
De nombreuses méthodes de réparation des lésions du cartilage ont été proposées. Les solutions chirurgicales, si elles ont parfois un effet favorable sur la symptomatologie clinique (douleur, blocage, épanchement), ne permettent pas la restauration de cartilage articulaire normal.

La greffe de chondrocytes autologues est une méthode beaucoup plus prometteuse. Cette technique a été expérimentée chez l’homme par Brittberg en 1994. Elle consiste à réparer la lésion qui existe au niveau du cartilage du genou avec les cellules du patient lui-même.
Jusqu’à présent, le coût de cette technique était très élevé car les cellules étaient préparées aux Etats-Unis par un laboratoire privé : le fragment de cartilage était envoyé par avion à Boston et le laboratoire retournait la suspension cellulaire prête à être injectée pour un coût de 70 000 francs.

La thérapie se pratique en plusieurs temps:

– une arthroscopie du genou pour prélever un petit fragment de cartilage et extraire des cellules (les chondrocytes)
– la multiplication des cellules dans un milieu spécifique, par une technicienne spécialement formée.
– l’arthrotomie (ouverture du genou) : la chirurgien recouvre la lésion du cartilage d’une fine membrane de périoste (couche superficielle de l’os prélevé au niveau du tibia lors de la même intervention) qui est cousue sur les berges de la lésion. Les cellules sont ensuite injectées sous cette membrane et se remettent à fabriquer du cartilage.

Les mouvements passifs sont autorisés dès le lendemain de l’intervention et l’appui est repris progressivement au bout de 6 semaines.

La greffe de chondrocytes autologues est effectuée dans le cadre d’un projet hospitalier de recherche clinique dont la responsable est le Dr PIPERNO. L’essai est encadré par la récente Cellule d’Investigation Clinique des HCL. Le but de cette étude est d’apprécier la faisabilité de la greffe de chondrocytes autologues au sein des Hospices Civils de Lyon.

A l’origine de la thérapie, une équipe pluridisciplinaire :

Muriel Piperno, attachée aux Hospices Civils de Lyon
Odile Damour, responsable du laboratoire des substituts cutanés à l’hôpital Edouard Herriot , Eric Vignon, chef du service de rhumatologie du Centre Hospitalier Lyon Sud,
Bernard Moyen chef du service d’orthopédie du Centre Hospitalier Lyon Sud
Odile Gelpi, Directeur de la délégation à la Recherche
François Gueyffier, médecin de la Cellule d’Investigation Clinique des HCL

Pour plus d’information : Madame le Docteur Piperno 07 78 86 12 18 – 06 68 06 03 68

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”