Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Repérage et prise en charge de la Dyslexie : l’action du Réseau Dys 45

Au moins un enfant par classe souffre de dyslexie mais faute de dépistage, tous ne bénéficieront pas d'un soutien adapté. Le réseau Dys 45 du CHR d'Orléans s'est donné pour mission de diagnostiquer avec précision les difficultés de l'enfant, d'en comprendre les causes et de proposer la thérapeutique la mieux adaptée. Parallèlement, il sensibilise enseignants du primaire, médecins scolaires et réseaux d'aide (R A S E D) à l'intérêt d'une prise en charge précoce des élèves en difficulté.

Au moins un enfant par classe souffre de dyslexie mais faute de dépistage, tous ne bénéficieront pas d’un soutien adapté. Le réseau Dys 45 du CHR d’Orléans s’est donné pour mission de diagnostiquer avec précision les difficultés de l’enfant, d’en comprendre les causes et de proposer la thérapeutique la mieux adaptée. Parallèlement, il sensibilise enseignants du primaire, médecins scolaires et réseaux d’aide (R A S E D) à l’intérêt d’une prise en charge précoce des élèves en difficulté.
« Les enfants dyslexiques sont des enfants intelligents mais ayant un trouble spécifique dans l’apprentissage de la lecture explique le Docteur Naydenova , pédiatre. Leurs problèmes de dyslexie n’apparaissent qu’avec la scolarité. A notre consultation d’évaluation pluridisciplinaire, les neuro-pédiatre, pédiatre, ORL ; orthophoniste, psychologue tentent de reconstituer le parcours de l’enfant et l’invitent à effectuer différents tests afin de comprendre la nature de ses difficultés, en instaurant un climat de confiance avec l’enfant et sa famille. Sont appréciées notamment l’audition et la vue, la compréhension, la mémoire, la logique, l’aptitude à lire et à écrire, à appréhender les consignes ».
Les enfants qui consultent le Réseau Dys 45 souffrent de dyphasie : difficultés pour parler , de dyslexie-dysorthographie : difficultés pour lire et écrire , de dyscalculie : difficultés à calculer , de dyspraxie : difficultés à faire certains gestes, de Thada : difficultés à se concentrer.
Il arrive que la conjugaison de plusieurs problèmes majore le handicap scolaire, c’est pourquoi le bilan final se veut le plus global possible. Le réseau Dys 45 proposera ensuite une prise en charge adaptée à la situation du jeune patient. Cela peut aller d’une rééducation orthophonique régulière à une prise en charge pluridisciplinaire plus globale associant à l’orthophonie une aide psychothérapique, en psychomotricité, éducative…
L’équipe du Réseau DYS 45
Le Centre de Référence des Troubles du Langage et des Apprentissages DYS 45 est l’une des unités du Pôle Femme-Enfant du Centre Hospitalier Régional d’Orléans.
Il se compose :

  • D’une pédiatre spécialisée dans les troubles des apprentissages, Docteur NAYDENOVA
  • D’une cadre de santé, Madame DAHRI-MOBAREK
  • D’une neuropsychologue Madame BOURDON
  • D’une ergothérapeute, Madame BOSQ
  • D’une orthophoniste, Madame PETILLON
  • D’une secrétaire médicale, Madame ALBERTONI

Coordonnées du Réseau Dys 45 : 02 38 74 44 89.
Historique
En 2002, le rapport Ringard s’accompagne d’un plan d’action gouvernemental ( circulaire n° 2002-024 du 31 01 2002 ) en faveur d’une prise en charge des enfants atteints d’un trouble spécifique du langage oral ou écrit. Il préconise la création de centres de références. Le centre de référence pour le Loiret est au CHR d’Orléans. C’est en octobre 2004 que ce centre de dépistage de la dyslexie a été officiellement ouvert.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.