Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Restructuration : tout un programme

A l'instar des autres établissements, le CHU de Pointe-à-Pitre, édifié en 1978/1982, est confronté à l'urgente nécessité de moderniser ses installations. Un ambitieux programme, validé par les instances (CTE , CME, CA, ARH) a été planifié.

A l’instar des autres établissements, le CHU de Pointe-à-Pitre, édifié en 1978/1982, est confronté à l’urgente nécessité de moderniser ses installations. Un ambitieux programme, validé par les instances (CTE , CME, CA, ARH) a été planifié.

Il concerne la quasi totalité des services : de l’implantation de l’IRM à la construction d’un pôle logistique (cuisine-buanderie-magasins-archives) en passant par la restructuration complète des blocs opératoires, les salles de réveil et la pédopsychiatrie.

Deux contraintes : l’espace et le temps
Un manque crucial de place

« le déficit de surfaces est de l’ordre de 40% » explique Philippe Loir, Directeur Général ; les responsables ont donc décidé d’installer à l’extérieur de l’établissement les services qui n’entretiennent pas un lien direct avec le coeur de l’hôpital tels que le pôle logistique, le centre de formation, l’hôpital de jour de pédopsychiatrie.
Les surfaces ainsi récupérées seront affectées aux activités soignantes et médico-techniques. Ainsi les urgences occuperont les cuisines actuelles et les laboratoires seront installés à proximité, sur le site de la buanderie. Quant aux urgences pédiatriques, elles remplaceront les services économiques. Enfin, l’extension de la réanimation se fera dans les locaux des services financiers.

Des délais incompressibles
Plusieurs années s’écoulent entre l’élaboration d’un avant-projet et l’exécution de l’opération. Une étude réalisée en février 2002 par la Conférence des Directeurs Généraux de CHRU montre que la durée de réalisation de travaux de restructuration en site occupé ne peut être inférieure à 6 ans.

Ce délai correspond à l’enchaînement d’étapes obligatoires et consécutives : concertation avec les utilisateurs, approbation de l’avant projet, consultation des instances, des services de sécurité et d’urbanisme, organisation de concours de maîtrise d’oeuvre et d’architecture, élaboration des dossiers de marchés, des dossiers nécessaires à la tutelle, des études complémentaires par des prestataires extérieurs, respect des délais du code des marchés publics, organisation des commissions d’appel d’offres et des conseils d’administration, programmation financière…

A Pointe-à-Pitre, la nécessité de respecter les normes de consolidation parasismique (PS 92) représente encore une contrainte supplémentaire.

Programme de restructuration
Au CHU de Pointe-à-Pitre, une dizaine d’opérations de modernisation/restructuration ont été lancées pour un montant de 36 millions d’euros : la restructuration du plateau technique (Blocs opératoires, Stérilisation, Médecine nucléaire), l’IRM, l’hôpital de jour de pédopsychiatrie, le pôle logistique, les urgences pédiatriques, l’extension de la réanimation polyvalente, le site de l’ancien hôpital Ricou et l’IFSI. Certaines seront achevées en 2003 ou en 2004. Actuellement, le CHU recherche en plus d’autres locaux pour installer un second pôle de formation.

Achat d’équipements
Radiologie : l’appel d’offres pour du matériel d’imagerie ( salle d’angiocoronarographie numérisée, table télécommandée, lecteur de plaques photostimulables) est en cours, le matériel devrait être installé dans le dernier trimestre 2003.
Médecine nucléaire : l’appel d’offres pour l’acquisition d’une 2ème Gamma Caméra sera lancé fin 2003 (installation 2004)
Radiothérapie : l’appel d’offres pour le renouvellement du deuxième accélérateur de particules (20 MEV) sera lancé en 2003 dès retour de l’approbation matériel lourd.
Service biomédical : Le programme d’achat d’équipement en matériel médical se poursuit (3 Millioins d’euros /an hors matériel lourd).
Parmi les récentes acquisitions on citera : 3 amplificateurs de brillance pour le bloc opératoire, un échoendoscope en gastro-entérologie, un angiographe numérisé en OPH, un ECG d’effort en cardiologie, 5 respirateurs lourds de réanimation et des équipements de base (pompes, pousses seringues, moniteurs ECG)

Mise aux normes
Génie civil : Des études sont en cours pour la réalisation d’un schéma directeur de rénovation et d’extension des installations de production et de distribution de traitement d’air, de climatisation et des installations électriques. Elles permettront de planifier un programme de travaux pluriannuel.
Sécurité incendie : La mise en conformité des installations de la tour sud est terminée et les travaux de la tour nord seront effectués courant 2003.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.