Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Robotique et chirurgie pédiatrique : première au CHU de Nancy

Avril 2010 : une enfant de 5 ans suivie en oncologie pédiatrique au CHU de Nancy a été opérée d'une tumeur thoracique par robot chirurgical. Première pour l'établissement lorrain qui ouvre ainsi de nouvelles perspectives dans le domaine de la chirurgie pédiatrique. Après l'urologie, la chirurgie digestive, la gynécologie oncologique, l'ORL et la chirurgie cardiaque, le CHU de Nancy pionnier en chirurgie robotique et expert au niveau international, élargit encore le champ d'application de cette technique mini-invasive.

Avril 2010 : une enfant de 5 ans suivie en oncologie pédiatrique au CHU de Nancy a été opérée d’une tumeur thoracique par robot chirurgical. Première pour l’établissement lorrain qui ouvre ainsi de nouvelles perspectives dans le domaine de la chirurgie pédiatrique. Après l’urologie, la chirurgie digestive, la gynécologie oncologique, l’ORL et la chirurgie cardiaque, le CHU de Nancy pionnier en chirurgie robotique et expert au niveau international, élargit encore le champ d’application de cette technique mini-invasive.

L’ablation de la tumeur thoracique située dans la partie haute du médiastin, région difficile d’accès pour la chirurgie classique, a été pratiquée intégralement de façon mini-invasive grâce au robot chirurgical Da Vinci par les équipes du CHU de Nancy. Les avantages de cet outil ont été déterminants : la qualité de la vision endoscopique tridimensionnelle et son grossissement, ainsi que l’amplitude des mouvements accordée par les instruments de chirurgie robotique ont permis une dissection minutieuse de la tumeur dans la région aorto-pulmonaire dans d’excellentes conditions. Les suites opératoires ont été des plus simples et la récupération physique a été très rapide grâce à des cicatrices limitées. L’enfant a pu très rapidement reprendre sa scolarité.

Cette expérience tend à montrer que les enfants peuvent eux-aussi bénéficier des progrès de la chirurgie mini-invasive en particulier lorsque les techniques vidéo-assistées habituelles n’offrent pas la même performance ou la même sécurité. Jusqu’à présent, la taille du robot comparée à celle des patients pédiatriques avait, à tort, retardé l’application de cette technique aux pathologies touchant les enfants.

En dehors des très jeunes enfants, la chirurgie robotique apparaît comme une technique prometteuse pour des interventions difficiles qui nécessiteraient sinon le recours à la chirurgie traditionnelle, source de cicatrices importantes voire, provoqueraient des troubles de la croissance staturale. Les indications concernent tout spécialement l’exérèse des tumeurs abdominales ou thoraciques et le traitement de pathologies du domaine urologique comme l’hydronéphrose.

Les séquelles des traitements médicaux et chirurgicaux représentent une préoccupation croissante. A l’image de l’évolution des pratiques chirurgicales chez l’adulte, la chirurgie robotique offre de bonnes perspectives de développement chez l’enfant avec un haut niveau de performance. Les résultats de cette intervention confirment l’importance des capacités de développement de la chirurgie mini-invasive robotique dans des situations complexes là ou d’autres techniques peuvent échouer ou se traduire par des séquelles plus lourdes.

Après une formation intensive à la chirurgie robotique de l’équipe pédiatrique dans le cadre du diplôme interuniversitaire de chirurgie robotique créé à la Faculté de Médecine de Nancy, c’est la mise en commun des compétences des équipes de Chirurgie infantile, d’Urologie, de l’équipe anesthésique, des infirmiers anesthésistes et de bloc des hôpitaux adulte et enfant de Brabois, qui a permis d’appliquer la technique robotique à cette enfant et à l’intervention de se dérouler dans les meilleures conditions. Le succès de l’intervention souligne une nouvelle fois le bien-fondé des innovations chirurgicales entreprises depuis 10 ans au CHU de Nancy et encourage les équipes à poursuivre leur collaboration et les investissements dans cette technologie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.