Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Salon infirmier : l’actualité d’une profession aux multiples facettes

Pratiques avancées, masters, doctorats... 638 248 infirmières* de plus en plus spécialisées prennent soin de la santé des français. En cette rentrée 2015, elles s'étaient donné rendez-vous les 14, 15 et 16 octobre au 28ème salon infirmier, Porte de Versailles. L'occasion de faire le point sur les nouveaux challenges d’un métier qui conjugue soins techniques et relationnels, évaluation des pratiques et recherche. Rencontre avec Sylvie Gervaise, directrice des rédactions infirmières et commissaire déléguée du Salon

Pratiques avancées, masters, doctorats… 638 248 infirmières* de plus en plus spécialisées prennent soin de la santé des français. En cette rentrée 2015, elles s’étaient donné rendez-vous les 14, 15 et 16 octobre au 28ème salon infirmier, Porte de Versailles. L’occasion de faire le point sur les nouveaux challenges d’un métier qui conjugue soins techniques et relationnels, évaluation des pratiques et recherche. Rencontre avec Sylvie Gervaise, directrice des  rédactions infirmières et commissaire déléguée du Salon.
Les 180 conférences, ateliers, sessions de formation offrent un large éventail des déclinaisons du métier d’infirmier… L’accent est mis sur les soins en pédiatrie, auprès des patients chroniques ou du grand-âge. Sont  aussi abordées les transformations qu’entraîne la e-santé, au service de la traçabilité des soins de plaies ou des échanges sécurisés en mobilité… Autant de variations autour d’une pratique en constante évolution. Le fil rouge de toutes ces conférences reste la spécificité du raisonnement clinique infirmier. Cette compétence propre aux soignants qui leur permet d’avoir un avis distinct et indépendant sur l’état de santé d’un patient.
Cet avis peut s’appuyer sur une évaluation originale comme l’ont expliqué Ramin Morelle et Nicolas Brulez, IDE au CH Saint-Anne co-concepteurs d’une échelle de notation individuelle des compétences observables des patients. De même, Clément Zappa, IDE du Service de santé et de secours médical de Bordeaux, a rappelé l’importance de l’examen clinique (entretien clinique, examen physique), essence même du métier d’infirmier.

Au-delà du partage d’expertise, cette édition a mis l’accent sur la formation et les nouvelles alternatives soignantes avec des conférences  scientifiques traitant notamment de la pédagogie par la stimulation ou des neurosciences et  de la psychologie sociale appliquées aux pratiques infirmières ou de la consultation infirmière spécialisée en thérapies comportementales et cognitives exposée par Marie-Astrid Meyer IDE au centre hospitalier Ste Anne Paris. Ont également été débattues les questions toujours d’actualité sur la laïcité, la religion et les pratiques soignantes ou traitant du droit et de la responsabilité professionnelle.

"Chacun peut se réjouir de l’expertise renforcée des infirmiers au service de notre santé mais avec un bémol cependant remarque Sylvie Gervaise, les infirmières doivent rester vigilantes et ne pas reproduire les clivages qu’induisent la spécialisation dans les autres professions." Sylvie Gervaise note au passage qu’il existe des formations qualifiantes pour les IBODE (infirmier de bloc), IADE (infirmier anesthésiste), puéricultrice, IDEC (infirmier coordonnateur) mais pas de diplôme pour les infirmières spécialisées en soins palliatifs ou en éducation thérapeutique, domaines sensibles au cœur du métier de soignant.
Parmi les compétences spécifiques des infirmières, on retiendra aussi leur rôle en matière de santé publique. L’infirmière a toute sa place dans les actions de prévention et d’éducation du patient. En effet, sa proximité et son ancrage au sein d’une population qui a toujours une excellente image de cette professionnelle**, font d’elle une vigie attentive qui sait repérer les risques de santé pour le malade et les aidants et un relais précieux pour faire passer les messages de dépistage.
Dans un pays qui souffre de désertification médicale et d’un manque de lisibilité des parcours de soins, l’infirmière remplit naturellement une mission d’orientation, d’accompagnement, de coordination et d’évaluation, expertises encore mal reconnues aujourd’hui.
 
Pour en savoir plus
Salon Infirmier http://www.saloninfirmier.fr/
Prochain salon les 16, 17 et 18 novembre 2016
*Source Insee  http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=nattef06103

** 91 % des Français ont une excellente image des infirmières selon l’étude Connecting Nurses (Connecting-nurses.com) réalisée entre janvier et février 2015 auprès de 1 500 personnes dans 13 pays.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.