Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Service d’Ophtalmologie : greffes partielles de cornée, le savoir-faire du CHR Metz-Thionville

Pour la première fois, Dr Jean-Marc Perone, chef de service d'ophtalmologie de l'Hôpital Bon-Secours et son équipe ont réalisé deux greffes partielles de cornée particulièrement complexes sur deux patients âgés de 70 ans environs et souffrant de la couche profonde de la cornée supportant les cellules endothéliales. Ces greffes lamellaires postérieures endothéliales consistent à ne remplacer que la partie arrière de la cornée malade. Cette intervention particulièrement délicate exige une précision de l’ordre de la dizaine de microns. En France, seule une dizaine d’équipes est à même de réaliser une telle performance

Pour la première fois, Dr Jean-Marc Perone, chef de service d’ophtalmologie de l’Hôpital Bon-Secours et son équipe ont réalisé deux greffes partielles de cornée particulièrement complexes sur deux patients âgés de 70 ans environs et souffrant de la couche profonde de la cornée supportant les cellules endothéliales. Ces greffes lamellaires postérieures endothéliales consistent à ne remplacer que la partie arrière de la cornée malade. Cette intervention particulièrement délicate exige une précision de l’ordre de la dizaine de microns. En France, seule une dizaine d’équipes est à même de réaliser une telle performance qui exige des chirurgiens très expérimentés et un matériel hautement sophistiqué (pour la découpe des greffons notamment). Les opérations  se sont  déroulées avec succès le 28 octobre 2011. Aujourd’hui les patients se portent bien et leur vision s’améliore progressivement (amélioration attendue sur plusieurs semaines voir plusieurs mois)  les greffons mis en place permettant petit à petit une amélioration de la transparence des cornées et une diminution de leur épaisseur.

Les greffes de cornée lamellaires postérieures sont préconisées pour les patients souffrant de décompensation endothéliales après chirurgie de cataracte compliquée, ou d’un vieillissement prématuré de la cornée (que l’on nomme « cornea guttata »).

Le chirurgien va remplacer en arrière de la cornée un fine membrane de 150µm qu’il faut retirer sur l’oeil du patient, découper sur le greffon cornéen et puis enfin introduire dans l’oeil malade et "coller" à l’arrière de la cornée malade à l’aide d’une bulle d’air stérile…

Les interventions ont duré 1 heure environ et les patients peuvent sortir du service dès le lendemain de l’opération en général.

Le CHR de Metz-Thionville : référence régionale en ophtalmologie

Depuis une dizaine d’années, le service d’ophtalmologie de l’hôpital Bon-Secours a déjà réalisé près de 300 greffes transfixiantes (greffes « complètes » de cornée sur toute leur épaisseur) et  une quarantaine de greffes lamellaires antérieures. La réalisation des greffes lamellaires postérieures, va désormais conférer au service d’Ophtalmologie de l’hôpital Bon-Secours une expertise hospitalière unique en lorraine, qui confortera le CHR dans son rôle de référent régional dans le domaine des greffes de cornées.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.