Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Sevrage tabagique : appel à volontaires

Le centre d’investigation clinique (CIC) du CHU de Poitiers recrute des volontaires pour participer à une étude clinique sur un nouveau médicament facilitant le sevrage tabagique. Les candidats fumeurs doivent être âgés de 18 à 70 ans ET motivés pour arrêter de fumer. Durant trois mois, les volontaires retenus recevront un traitement par la molécule à l’étude ou bien un placebo, en prise orale unique le soir. Ce traitement devra débuter une semaine avant la date fixée d’arrêt du tabac.

Le centre d’investigation clinique (CIC) du CHU de Poitiers recrute des volontaires pour participer à une étude clinique sur un nouveau médicament facilitant le sevrage tabagique. Les candidats fumeurs doivent être âgés de 18 à 70 ans ET motivés pour arrêter de fumer. Durant trois mois, les volontaires retenus recevront le traitement par la molécule testée ou bien un placebo, en prise orale unique le soir. Ce traitement devra débuter une semaine avant la date fixée d’arrêt du tabac. Ces personnes seront suivies régulièrement : huit consultations d’environ 15 minutes sont à prévoir au CHU, la première, une semaine après l’initiation du traitement puis toutes les deux semaines pendant trois mois. Les sujets ayant honoré toutes les visites seront indemnisés.
Les travaux de recherche menés depuis plusieurs années par l’équipe « Neurobiologie et neuropharmacologie de l’addiction », dirigée par Marcello Solinas (INSERM U1084-LNEC) à l’Université de Poitiers, ont montré que l’exposition chronique de rats à la molécule en question, pendant une période d’abstinence consécutive à l’exposition volontaire à la nicotine, diminue significativement les comportements liés au besoin urgent de prendre la nicotine. Ces données nouvelles ont conduit l’équipe à envisager la réalisation d’une étude clinique pilote, coordonnée par le Dr Claire Lafay-Chebassier, avec le Dr Isabelle Ingrand, du service de pharmacologie clinique et vigilances au CHU, comparant deux groupes parallèles de 50 patients fumeurs traités par la molécule ou par un placebo pendant trois mois.
Le passage aux essais cliniques a été facilité du fait de l’utilisation de cette molécule dans une autre indication, depuis de nombreuses années. Les résultats permettront de déterminer son intérêt potentiel dans le sevrage tabagique.
Selon l’OMS, le tabac est la 1ère cause évitable de décès et de maladie dans le monde. Les bénéfices du sevrage tabagique sont clairement prouvés. Les molécules disponibles ont démontré une efficacité certaine mais modérée et leur utilisation est limitée pour certaines d’entre elles en raison de leurs effets indésirables. De nouveaux traitements plus efficaces sont donc nécessaires.
Pour participer à l’étude : tél. 05 49 44 32 03, de 9h à 17h30.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.