Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Sida : diminution de 86 % du risque d’infection par le VIH chez les homosexuels masculins

L’association d'antirétroviraux diminue de 86% le risque d'infection des homosexuels sains exposés au VIH. C’est ce que démontrent les premiers résultats intermédiaires de l’étude randomisée IPERGAY qui évalue l’efficacité de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) « à la demande ».

L’association d’antirétroviraux diminue de 86% le risque d’infection des homosexuels sains exposés au VIH. C’est ce que démontrent les premiers résultats intermédiaires de l’étude randomisée IPERGAY qui évalue l’efficacité de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) « à la demande ».

L’essai concerne les hommes et les personnes trans, tous séronégatifs pour le VIH, ayant des relations anales avec des hommes sans utilisation systématique d’un préservatif.
Diminuer le risque d’infection, IPERGAY : les premiers résultats
L’essai de référence de prophylaxie pré-exposition (PrEp) chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), Iprex avait montré qu’il était possible de diminuer le risque de transmission du VIH d’environ 44% avec une prise quotidienne d’un antirétroviral, le Truvada® (qui associe ténofovir et emtricitabine). L’étude IPERGAY apporte, elle, la première démonstration scientifique qu’un traitement préventif "à la demande", pris juste avant et après les rapports sexuels non protégés, diminue de 86% le risque d’être infecté par le VIH.
L’essai IPERGAY (intervention préventive de l’exposition aux risques avec et pour les gays), est un essai de recherche biomédicale en prévention soutenu par l’agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS) qui consiste à évaluer l’efficacité de la PrEP dans le cadre d’un dispositif global de prévention.
La PreP – prophylaxie pré-exposition – c’est quoi ?
De nouvelles stratégies sont actuellement à l’étude pour la prévention du VIH. L’une d’entre elles, la « prophylaxie pré-exposition », ou PrEP, consiste à donner une association d’antirétroviraux à des personnes séronégatives exposées au risque d’infection par le VIH .
Cette étude clinique comporte
• une prophylaxie pré-exposition et post-exposition par le Truvada® ou un placebo (comprimé ne contenant pas de principe actif);
• des dépistages réguliers du VIH, des dépistages réguliers et traitements des IST, la vaccination contre les hépatites A et B, le traitement post-exposition, la distribution de préservatifs…;
• du conseil et de l’accompagnement personnalisés dans la prévention tout au long de l’essai.
IPERGAY à Nantes
En France, l’essai multicentrique se déroule dans 6 centres (Paris, Lille, Nantes, Lyon et Nice). Cette offre inédite de prévention a débuté à Nantes en 2014 avec 20 participants volontaires suivis par le service de maladies infectieuses et tropicales du CHU. Les volontaires nantais ont été conviés à une réunion au cours de laquelle les résultats prometteurs leur ont été présentés.

Plus d’information sur l’étude : www.ipergay.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.