Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Soins de beauté pour oublier le cancer

Le CHR Metz-Thionville propose gratuitement des soins esthétiques aux patients atteints du cancer. Dispensés en cabine ou en chambre, les soins esthétiques sont un moment privilégié, une relation de confort qui aide les patients à retrouver l'intégrité de leur image et l'estime de soi. Traitée autrement qu'en malade, la personne se relaxe, oublie sa maladie pendant quelques temps, ressent du bien-être.

Le CHR Metz-Thionville propose gratuitement des soins esthétiques aux patients atteints du cancer. Dispensés en cabine ou en chambre, les soins esthétiques sont un moment privilégié, une relation de confort qui aide les patients à retrouver l’intégrité de leur image et l’estime de soi. Traitée autrement qu’en malade, la personne se relaxe, oublie sa maladie pendant quelques temps, ressent du bien-être.

Ce projet s’inscrit dans la politique de la Direction des soins développée au CHR : une prise en charge globale et continue où chaque personnel de santé associe et coordonne ses compétences pour apporter des réponses adaptées à chaque patient : douleur, réhabilitation fonctionnelle, nutrition, accompagnement psychologique, réinsertion sociale…

A sa façon, l’esthéticienne prend soin de la personne en complément des interventions médicales, paramédicales, psychologiques. Elle propose un toucher pour favoriser l’écoute et la communication, des séances de maquillage qui revalorisent, rassurent, améliorent le moral et contribuent à redonner confiance en soi. L’esthéticienne dispense également des conseils d’hygiène de confort et de beauté parce qu’il est important de s’occuper de soi. Cette relation rompt le repli sur soi et réconforte dans les moments de tristesse, de doute, de peur. Un plus pour le patient et pour sa vie sociale !

Déroulement des soins esthétiques
Dans une chambre d’hôpital transformée en cabine de soins, à proximité de la cancérologie, Sarah Legrand offre des soins esthétiques du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h00. Pour les patients qui ne peuvent se déplacer, les soins seront effectués en chambre.
Les soins, les mêmes qu’en institut de beauté, durent une heure. Ils comprennent les soins du visage, du corps, maquillage, beauté des mains et des pieds, épilation ou encore modelage relaxant.

Sarah Legrand, esthéticienne, raconte…
Sarah Legrand a débuté sa carrière au CHR Metz-Thionville, à l’hôpital Bon Secours de Metz en 1990, en tant qu’Agent de Service Interne au restaurant du personnel, puis en tant qu’Agent de Service Hospitalier au service Cardiologie. En 1997, Madame Legrand a obtenu son Diplôme d’Aide Soignante. Durant ces années passées aux côtés des patients, elle prend conscience de la nécessité d’apporter autre chose que des soins médicaux afin de les accompagner dans les moments difficiles. Cette idée est venue d’un long cheminement. « En 1996, j’ai été hospitalisée durant un mois. Pendant ce temps d’hospitalisation, j’aurai souhaité que l’on prenne soin de moi. C’est à ce moment là que j’ai pensé qu’une esthéticienne serait nécessaire à l’hôpital. Au fur et à mesure que j’exerçais le métier d’aide soignante, je me suis rendue compte que le patient avait besoin de soins, qui n’étaient pas toujours médicaux. »
Ayant comme projet personnel d’offrir des soins esthétiques aux patients hospitalisés en cancérologie, Sarah Legrand décide de suivre une formation d’esthéticienne, elle obtient le CAP d’esthéticienne cosméticienne en 2003. Pour compléter ses acquis, Sarah Legrand prépare alors un Brevet Professionnel d’esthéticienne qu’elle obtient en juin 2005.

Cette initiative lancée en janvier 2007 a bénéficié du soutien de nombreux partenaires : la Mutuelle d’Assurances du Corps de Santé Français (MACSF), la Ligue contre le cancer, l’Association des Médecins, Pharmaciens et Odontologistes des Hôpitaux de Metz et de Thionville, la Société Sothys et Nocibé

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”