Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Soutien psychologique : à la veille du déconfinement, les soignants toujours plus en souffrance

Alors que le processus de déconfinement se prépare, les personnels soignants du sanitaire et du médico-social sont toujours en première ligne pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Après des semaines de mobilisation et d’un travail sous tension, ils expriment une anxiété et un épuisement croissants. Avec une expression de la souffrance personnelle toujours plus forte, la nécessité de disposer d’un accompagnement psychologique se fait, chaque jour, plus prégnante. Bilan de l'association SPS...

Alors que le processus de déconfinement se prépare, les personnels soignants du sanitaire et du médico-social sont toujours en première ligne pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Après des semaines de mobilisation et d’un travail sous tension, ils expriment une anxiété et un épuisement croissants. Avec une expression de la souffrance personnelle toujours plus forte, la nécessité de disposer d’un accompagnement psychologique se fait, chaque jour, plus prégnante. Bilan de l’association SPS…
Déployé par l’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé) depuis le 23 mars 2020, auprès des soignants et autres professionnels du sanitaire et du médico-social, le dispositif d’aide et d’accompagnement psychologique est toujours plus sollicité, après cinq semaines d’existence. 

Plus de 73 appels par jour

2 443 appels ont été traités depuis le 23 mars 2020 soit plus de 73 appels par jour en moyenne.
• Provenance des appels (1): Île-de-France (31%), Auvergne-Rhône-Alpes (12%), Grand-Est (11%),
Occitanie (9%), Provence-Alpes-Côte-d’Azur (7%), Nouvelle-Aquitaine (6%), Hauts-de-France (5%).
• Plus de 27% sont passés la nuit ou le dimanche.
• Durée moyenne d’écoute: plus de 23 min.

71% des appelants sont des femmes

Plus de 83% des appelants sont des salariés (2) et 71% sont des femmes.
• L’âge moyen est de 44 ans.
• Près de 35% sont des infirmier·e·s et des aides-soignant·e·s.
• Près de 10% sont des professionnels du secteur médico-social.

Un appel sur 6 est motivé par l’anxiété ou l’angoisse*

100% des appels concernent les répercussions de la crise sur les soignants et les managers, avec notamment:
• Plus de 58% qui font part de leur anxiété ou de leur angoisse face à l’épidémie de Covid-19.
• Près de 11% qui ont des problèmes d’organisation de travail.
• Plus de 11% qui doivent faire face à un épuisement professionnel.
*analyse sur 1 979 appels

Une nette aggravation de la souffrance des appelants

Ces chiffres sont autant de signaux forts de l’installation sur la durée d’une souffrance quotidienne chez les soignants et autres professionnels du sanitaire et du médico-social. Cette 5e semaine (du 20 au 26 avril 2020) est en effet fortement marquée par l’expression d’une aggravation de la souffrance des appelants, dont 4 appels avec un risque de passage à l’acte imminent (contre 1 seul appel de ce type par semaine auparavant).
L’augmentation continue de la durée des appels, 23 minutes en moyenne, démontre le besoin croissant qu’ont les soignants d’exprimer et de partager leur souffrance, leur anxiété et leur épuisement professionnel auprès de psychologues.
La poursuite de la campagne d’information du dispositif auprès des soignants et autres professionnels du sanitaire et du médico-social, en première ligne, est essentielle afin qu’ils puissent être accompagnés par des psychologues et le cas échéant bénéficier de consultations auprès de professionnels. Malgré le fléchissement de l’épidémie de Covid-19, l’association SPS et  ses partenaires entendent redoubler de vigilance pour continuer à les accompagner et lance dans ce contexte une enquête à l’échelle nationale.
(1) Sur les 2 433 appels, seuls 1 667 ont accepté de donner leur région d’appel (31,5% de non communiqués)
(2) Sur les 2 433 appels, seuls 1 772 ont accepté de donner leur profil (27% de non communiqués).

APPEL A PARTICIPATION: Professionnels en santé : pour mieux vous soutenir, votre avis compte !
Votre témoignage nous intéresse et quelques minutes suffisent… Participez à l’enquête menée par SPS 

A lire aussi :
COVID-19 : Tous mobilisés pour un soutien psychologique aux soignants !
Je suis professionnel du sanitaire et du médico-social et j’ai aussi besoin d’un soutien psychologique !

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.