Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Sport et collection : en piste vers un traitement personnalisé contre le cancer

Le mécénat sportif donne un coup d’accélérateur à la recherche contre le cancer en organisant la 21ème édition de « Sport et collection », les 5, 6 et 7 juin 2015 sur le circuit du Val de Vienne au Vigeant (96). 1 000 voitures d’exception seront au rendez-vous dont 500 Ferrari. Après le record de dons de 2014 - 400 000 € reversés au CHU soit l’intégralité des bénéfices - les organisateurs espèrent renouveler l’exploit cette année.

Le mécénat sportif donne un coup d’accélérateur à la recherche contre le cancer en organisant la 21ème édition de « Sport et collection », les 5, 6 et 7 juin  2015 sur le circuit du Val de Vienne au Vigeant (96). 1 000 voitures d’exception seront au rendez-vous dont 500 Ferrari. Après le record de dons de 2014 – 400 000 € reversés au CHU soit l’intégralité des bénéfices – les organisateurs espèrent renouveler l’exploit cette année.
«La passion ne retombe pas » se réjouit Jean-Pierre Doury, président de Sport et collection qui se félicite du succès croissant de ce rendez-vous unique en France. « Grâce à Sport et collection, nous avons de plus en plus de chercheurs au CHU, notamment de jeunes chercheurs, a souligné Jean-Pierre Dewitte, directeur général du CHU de Poitiers. Tous travaillent en équipe, dans des réseaux nationaux, voire européens. Ce qui se passe au CHU a un impact bien plus large. ».

L’argent récolté cette année financera sept projets retenus par le conseil scientifique de Sport et collection
. L’enjeu : développer une thérapie personnalisée, adaptée au profil du patient et à son cancer. Seront notamment conduites une étude sur les tumeurs de la peau sera conduite par le Dr Eric Frouin et une thèse sur un anticoagulant capable de stopper la progression des tumeurs sera dirigée par le Pr Omar Benzakour. Le Dr Jonathan Clarhaut continuera ses recherches sur la vectorisation anticancéreuse et passer à la phase pré-clinique : « On a démontré l’intérêt d’une molécule qui cible les tumeurs et épargne les tissus sains, j’espère pouvoir mener l’essai clinique d’ici deux ans avec les oncologues du CHU. ». Et le programme de recherche du Pr Frédéric Millot, en oncologie pédiatrique, qui vise à «améliorer les taux de survie des patients grâce aux essais thérapeutiques » va bénéficier d’un poste d’attaché de recherche clinique.

Détail des financements
– mi-temps d’attaché de recherche clinique en oncologie médicale.
– poste d’attaché de recherche clinique en oncologie pédiatrique.
– frais de fonctionnement du projet du docteur Jonathan Clarhaut sur le développement de systèmes moléculaires pour une chimiothérapie sélective.
– poste de post-doctorant pour le projet d’André Herbelin, « L’hypothèse d’un axe lymphocytaire Inkt/t "innate-memory" anti-tumoral dans la leucémie myéloïde chronique ».
– thèse sur un an pour le projet « Inhibition de la croissance et de l’angiogenèse tumorales par le facteur anticolagulant vitamine K-dépendant de la proteïne S » d’Omar Benzakour.
– frais de fonctionnement et d’un mi-temps de technicien pour « l’étude des facteurs diagnostiques, pronostiques impliqués dans la cancérogénèse des tumeurs sébacées et plus spécifiquement dans les tumeurs sébacées liées à un syndrome de muir-torre » du docteur éric Frouin.
– mi-temps de technicien pour « l’étude de l’implication de l’oncostatine M dans la genèse et l’évolution des carcinomes épidermoides cutanés» du professeur Jean-Claude Lecron.
D’après une information diffusée sur le site du CHU de Poitiers
Pour en savoir plus
http://www.sportetcollection.info/

http://www.chu-poitiers.fr/sport-et-collection-21e-tour-de-piste-pour-la-recherche-contre-le-cancer/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.