Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Statines : une étude sur leur usage préventif pour les personnes âgées

Nombreuses sont les études publiées sur les bienfaits et méfaits des statines dont certaines très récentes. Le sujet est d’ailleurs devenu très polémique. Pour y voir plus clair et évaluer scientifiquement l’intérêt clinique et médico-économique de l’arrêt des statines administrées en prévention primaire des événements cardiovasculaires chez les personnes âgées, une population rarement étudiée, un grand projet de recherche clinique est lancé par le CHU de Bordeaux. 2 430 seniors de 75 ans et plus seront suivis pendant 3 ans par leur médecin généraliste.
Nombreuses sont les études publiées sur les bienfaits et méfaits des statines dont certaines très récentes. Le sujet est d’ailleurs devenu très polémique. Pour y voir plus clair et évaluer scientifiquement l’intérêt clinique et médico-économique de l’arrêt des statines administrées en prévention primaire des événements cardiovasculaires chez les personnes âgées, une population rarement étudiée, un grand projet de recherche clinique est lancé par le CHU de Bordeaux. 2 340 seniors de 75 ans seront suivis pendant 3 ans par leur médecin généraliste.
Aujourd’hui un grand nombre de patients âgés prennent des statines en prévention primaire des maladies cardiovasculaires sans qu’il soit démontré à ce jour un bénéfice certain sur la mortalité. SAGA (Statines Au Grand Age) doit remédier à cette incertitude.

Le projet SAGA est coordonné par le Pr Fabrice Bonnet (Service de Médecine Interne et maladies infectieuses du CHU de Bordeaux) et le Pr Jean-Philippe Joseph (médecin généraliste, Département de Médecine Générale de l’Université de Bordeaux). Dans le cadre de cette étude pragmatique randomisée, il est demandé aux médecins généraux d’arrêter ou non les statines administrées en prévention primaire à leur patient. SAGA est réalisée dans le cadre du suivi habituel de leurs patients sans nécessité de consultations ou d’examens supplémentaires dédiés à la recherche. Seront inclus les patients de 75 ans et plus, sous statines depuis au moins 12 mois, n’ayant jamais présenté d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral, de coronaropathie, d’artériopathie, qu’ils soient diabétiques ou non. 
Les médecins généralistes suivront leur patient pendant 3 ans dans le cadre de la recherche à 3, 12, 24 et 36 mois.
Cette étude de grande ampleur, entièrement financée par les pouvoirs publics, va inclure ses premiers patients en juin 2016.
Un peu plus de 400 médecins généralistes à travers toute la France ont déjà souhaité participer à cette étude. Une centaine de médecins supplémentaires sera nécessaire pour sa réussite.
Ces travaux sont financés par le Ministère de la Santé dans le cadre du Programme de Recherche Médico-Economique (PRME) 2014
Une rémunération de 300 euros par patient suivi est prévue.
Pour participer à ce travail ou pour tout renseignement 
Site de l’étude : href= »http://statinesaugrandage.fr » target= »_blank »
Contact : etude-saga@chu-bordeaux.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”