Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Addiction au jeu : la stimulation magnétique transcrânienne répétitive à l’étude

Le CHU de Nantes est promoteur d’une étude qui vise à évaluer les effets de la stimulation magnétique transcrânienne répétitive (rTMS) dans le traitement de l’addiction au jeu.

Le CHU de Nantes est promoteur d’une étude qui vise à évaluer les effets de la stimulation magnétique transcrânienne répétitive (rTMS) dans le traitement de l’addiction au jeu. L’unité de TMS/sismothérapie et le centre de référence sur le jeu excessif (CRJE) ont lancé en mars 2012 une recherche portant sur l’utilisation de la stimulation magnétique transcranienne répétitive (rTMS) dans le traitement de l’addiction au jeu.
"La rTMS est utilisée en neurologie pour le traitement de la douleur et en psychiatrie dans les troubles de l’humeur, les troubles anxieux et les hallucinations auditives dans la schizophrénie, explique le DrAnne Sauvaget, de l’unité de sismothérapie. L’appareil fabrique un signal magnétique par le biais d’une bobine appliquée sur la tête du patient, sur le cortex préfrontal antérieur. Ce signal dépolarise les neurones qui se trouvent en regard et modifie leur activité. Ce traitement, utilisé en complément des traitementspharmacologiques et psychothérapiques, est très bien toléré car il est indolore et ne nécessite pas d’anesthésie."
Le champ des applications de la rTMS reste encore largement à explorer. Le CHU de Nantes est ainsi promoteur du programme Stimjeu, qui vise à tester en double aveugle les effets de la rTMS sur une cohorte de 42 patients dépendants au jeu (recrutés et évalués par le Dr Marie Bronnec, addictologue au CRJE): "L’idée est de les placer en situation de craving, ou envie irrépressible de s’adonner à un comportement, à l’aide d’un film évoquant le sujet de leur addiction (course de chevaux pour les joueurs de PMU, par exemple). Le patient évalue ensuite l’amélioration ou non de son état après six minutes de stimulation magnétique. Nous prévoyons de soumettre chaque participant à  deux séances, dont une en placebo". Les résultats de l’étude seront publiés dans deux ans.
En psychiatrie, la rTMS est utilisée notamment dans le traitement de la dépression, à raison de séances quotidiennes pendant trois semaines. Si la réponse est bonne (20% à 30% des cas), un traitement d’entretien régulier est prescrit.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”