Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Suivi rigoureux du plus gros chantier hospitalier de France

Le CHU de Strasbourg achève le gros oeuvre de son Nouvel Hôpital Civil - le plus gros chantier hospitalier de France - et rappelle à cette occasion les conditions nécessaires à la réussite d'un chantier de 230 millions d'euros sur lequel interviennent plus de 40 entreprises de bâtiment et de matériel médical européennes. Avant tout il faut suivre avec précision les cahiers des charges techniques des prestations mais aussi tenir les délais et respecter le montant des marchés négociés.

Le CHU de Strasbourg achève le gros oeuvre de son Nouvel Hôpital Civil – le plus gros chantier hospitalier de France – et rappelle à cette occasion les conditions nécessaires à la réussite d’un chantier de 230 millions d’euros sur lequel interviennent plus de 40 entreprises de bâtiment et de matériel médical européennes. Avant tout il faut suivre avec précision les cahiers des charges techniques des prestations mais aussi tenir les délais et respecter le montant des marchés négociés.

La qualité des prestations techniques nécessite une surveillance permanente et une réactivité immédiate. Ainsi, la défaillance de 2 entreprises (façades et revêtement de pierres), n’a pas retardé l’exécution des prestations situées sur le chemin critique (réseaux primaires, cloisons sèches) car des mesures conservatoires ont été immédiatement mises en oeuvre.
Le respect du calendrier : Le calendrier initial est respecté durant les deux années de travaux du gros oeuvre. La première grue a été démontée en septembre 2004. Les ingénieurs des HUS assurent à une veille technologique sur toutes les prestations techniques et sont amenés à réagir très rapidement auprès du Maître d’oeuvre pour le conseiller dans ses choix et pallier ainsi toute rupture d’approvisionnement sur le chantier qui engendrerait un dépassement de délai.

La maîtrise des coûts : L’économie du chantier implique le paiement rapide des entreprises, sous peine de se voir infliger des pénalités de retard (intérêts moratoires). Ceci a été possible grâce à l’étroite collaboration des services du Trésor (élaboration d’un calendrier mensuel des circuits de paiements prioritaires).
La maîtrise technique, calendaire et économique du chantier garantit la poursuite de la modernisation de l’établissement dans les conditions financières fixées dans le programme pluriannuel d’investissement approuvé par la tutelle.

Un hôpital universitaire édifié en plein centre ville : chiffres clés et repères
Surface : 85 000m² sur 5 étages
712 lits et places dont 53 places d’hospitalisation de jour et 34 de dialyse
359 lits d’hospitalisation conventionnelle supprimés
Des services miroirs regroupés (cardiologie, pneumologie, hépato-gastro-entérologie)
Matériaux : structures métalliques, pierre et verre

Début du chantier : septembre 2002
Fin gros oeuvre : septembre 2004
Fin du chantier : 2006

Coût du chantier : 230 millions d’euros – bâtiments et équipements. Le gros oeuvre représente 40% du budget soit : 92 millions d’euros
Architecte : Cabinet Claude Vasconi

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”