Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Tatouage : une consultation dédiée ouvre à l’AP-HP, 1ère en France

Cette consultation mise en place à l’hôpital Bichat–Claude-Bernard est spécifiquement dédiée à la prise en charge des complications associées aux tatouages: allergies, infections, inflammations… Elle sera ouverte une fois par mois.
Cette consultation mise en place à l’hôpital Bichat–Claude-Bernard est spécifiquement dédiée à la prise en charge des complications associées aux tatouages: allergies, infections, inflammations… Elle sera ouverte une fois par mois.
La consultation, instaurée au sein du service de dermatologie du Pr Vincent Descamps, s’appuiera sur le plateau technique de l’établissement pour effectuer les examens nécessaires (biopsies par exemple) au diagnostic et proposer les traitements les plus adaptées aux patients. Elle aura aussi pour vocation de dispenser des conseils aux personnes envisageant de se faire tatouer.
14% de Français tatoués
14% des Français seraient aujourd’hui tatoués selon un sondage de l’IFOP de janvier 2017. La fréquence réelle des complications cutanées et le risque pour une personne tatouée de développer des complications sont encore mal appréciés. Des inflammations, des infections (bactériennes communes, virales, mycologiques ou parasitaires), ou des réactions allergiques, liées aux produits utilisés et aux conditions hygiéniques de réalisation du tatouage, peuvent toutefois survenir.
Les risques liés au tatouage sont souvent mal appréciés. Selon une étude allemande1 ayant porté sur plus de 3 400 personnes tatouées, 6% décrivent des problèmes chroniques liés aux tatouages. 
Recherche et prévention à la clé
« L’ouverture de cette consultation permettra de mener des travaux de recherche sur cette problématique aujourd’hui peu explorée, s’est félicité le Dr Nicolas Kluger, responsable de cette nouvelle offre de soin. Ces travaux permettront de limiter voire prévenir le risque de développement des complications liées aux tatouages mais également d’apporter les meilleures solutions thérapeutiques pour les traiter ». 
1Klügl I, Hiller KA, Landthaler M, Bäumler W. Incidence of health problems associated with tattooed skin: a nation-wide survey in German-speaking countries. Dermatology. 2010;221:43-50.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.