Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Télésurveillance de l’insuffisance cardiaque : essai clinique d’ampleur 850 patients inclus

Dénommé OSICAT pour Optimisation de la surveillance ambulatoire des insuffisants cardiaques par télécardiologie, ce projet de recherche vise à évaluer l’apport médical et économique d’un programme de télésuivi à domicile des patients, sur fond d’éducation thérapeutique et de prise en charge multidisciplinaire. Hypothèse de départ : le suivi à domicile réduit le risque d’aggravation et d’évènements type hospitalisation en urgence et décès.

Dénommé OSICAT pour Optimisation de la surveillance ambulatoire des insuffisants cardiaques par télécardiologie, ce projet de recherche vise à évaluer l’apport médical et économique d’un programme de télésuivi à domicile des patients, sur fond d’éducation thérapeutique et de prise en charge multidisciplinaire. Hypothèse de départ : le suivi à domicile réduit le risque d’aggravation et d’évènements type hospitalisation en urgence et décès.
L’étude inclut 850 patients pendant 18 mois et s’étend sur tout le grand sud avec 40 centres investigateurs, à Lyon, Marseille, Montpellier, Pau, Bordeaux, en plus du CHU de Toulouse, centre coordonnateur de l’étude, sous la responsabilité du Professeur Michel Galinier.
Une innovation : un logiciel sentinelle qui donne l’alerte
Concrètement, le patient reçoit une balance et un questionnaire portant sur les éléments de son suivi quotidien, tel que l’essoufflement la fatigue, les troubles du sommeil, et bénéficie d’un entretien avec une infirmière qui évalue sa compliance au traitement, ainsi qu’aux mesures hygiéno-diététiques, et détecte les signes de décompensation. L’innovation est représentée par un logiciel qui établit un profil journalier et donne l’alarme à l’infirmière si nécessaire. En parallèle, une éducation à la santé est conduite par téléphone.
Un CHU leader en cardiologie et en télémédecine partenaire d’un groupe international spécialisé dans la télésurveillance
Pour mener ce projet, le CHU de Toulouse s’est associé au groupe international ALERE, spécialisé dans la prévention, le diagnostic et le suivi de patients grâce à des tests rapides, et des dispositifs d’autosurveillance et télésurveillance. ALERE à travers le programme Cordiva gère le logiciel de suivi, le dispositif de mesure au domicile des paramètres cliniques et le centre de suivi infirmier. Le CHU de Toulouse, référent en cardiologie et en télémédecine va bénéficier de l’expertise d’une entreprise déjà très bien positionnée dans le domaine des tests d’évaluation de l’insuffisance cardiaque et des solutions de e-santé.
Les résultats de cette étude sont attendus pour 2016. S’ils sont concluants, ALERE lancera la commercialisation de Cordiva en France et le CHU de Toulouse aura progressé dans la compréhension des modes de vie des patients cardiaques et dans le recours à la télémédecine au quotidien et à domicile.
Mis en pratique dans certains pays européens et aux Etats Unis, la télésurveillance à domicile est encore un concept novateur en France.
 —-
Inclusions accélérées pour une meilleure représentativité
En août 2015, cinq nouveaux CHU intègrent l’étude qui s’étend désormais aux régions Languedoc Roussillon, Rhône-Alpes, Aquitaine, PACA et Limousin. Ainsi OSICAT se poursuit avec le soutien du service de Cardiologie du CHU d’Angers (Pays de la Loire), le service de cardiologie du CHU de Brest (Bretagne) et l’unité de Rythmologie et Insuffisance cardiaque du CHU de Dijon (Bourgogne). En septembre ce sera au tour des CHU de Martinique et d’Amiens-Picardie.
Cliquez ici pour accéder à la carte interactive des centres investigateurs OSICAT: http://bit.ly/1EsuSQU

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.