Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Toulouse à la pointe de la chirurgie cardiaque: Alex, opéré d’une malformation rare, fête ses un an

Alex est né, prématuré, avec une forme extrêmement rare de malformation cardiaque. Opéré une première fois à l'âge de trois jours, puis à 7 mois en avril 2018, il fête aujourd'hui ses un an. Il se porte bien et grandira normalement. Grâce à la prouesse médicale réalisée par le Dr Fabio Cuttone, chirurgien cardiaque à l’hôpital des Enfants du CHU de Toulouse et son équipe.
Alex est né, prématuré, avec une forme extrêmement rare de malformation cardiaque. Opéré une première fois à l’âge de trois jours, puis à 7 mois en avril 2018, il fête aujourd’hui ses un an. Il se porte bien et grandira normalement. Grâce à la prouesse médicale réalisée par le Dr Fabio Cuttone, chirurgien cardiaque à l’hôpital des Enfants du CHU de Toulouse et son équipe.  
A la naissance, le cœur d’Alex était atteint de multiples malformations qui, à court terme, ne pouvait pas lui permettre de survivre. Il s’agit alors d’un cas exceptionnel de VDDI (ventricule droit à double issue) associée à une malposition des gros vaisseaux, à une sténose pulmonaire, ainsi qu’à la présence d’une double coronaire droite, tout ceci en présence d’une artère pulmonaire naissant du canal artériel. Seulement deux cas d’anomalie pulmonaire associée à un VDDI ont été recensés avant celui d’Alex.  

Un geste chirurgical exceptionnel pour réparer une anomalie rare

Pour tenter de le sauver, le Dr Fabio Cuttone, chirurgien cardiopédiatre de l’hôpital des Enfants, va réaliser un acte chirurgical très complexe: «L’enjeu était de permettre à l’enfant de vivre avec un cœur totalement normal. Pour cela, nous avons utilisé une technique très rarement pratiquée en France et jusque-là sur un cas d’un tel niveau de complexité».
Après une première intervention sur l’artère pulmonaire gauche, Alex est opéré une seconde fois d’une rotation conotroncale en avril 2018. Ce type de reconstruction n’avait jusqu’alors jamais été utilisé dans le cas d’un VDDI associé à une anomalie pulmonaire. 
En France, dans le cas de pathologies similaires, très peu de centres hospitaliers exécutent ce geste qui permet de redonner un cœur normal au patient.  De manière générale, on favorise des techniques de réparation à l’étage ventriculaire, c’est-à-dire que l’on crée des tunnels intracardiaques.
«Dans le cas d’Alex nous avons fait le choix de réaliser une rotation conotroncale. Nous avons fait un prélèvement en bloc de l’aorte et de l’artère pulmonaire, puis procédé à une  rotation à 180° et à une réimplantation du bloc dans sa position anatomique, explique, confirme le Dr Cuttone. La prise de risque était importante mais nous avons privilégié le bénéfice patient à long terme et redonner à l’enfant un cœur sans anomalie»

Un coeur remis à neuf pour une vie normale

Lors de cette seconde opération, Alex a 7 mois et pèse 7 kilos. L’intervention va durer 140 minutes, au cours desquelles son cœur est mis en arrêt pour permettre l’acte. Un exploit chirurgical réalisé par le Dr Cuttone en collaboration avec le Pr Bertrand Léobon, chirurgien cardiaque, le Dr Gerald Chausseray, cardio-anesthésiste pédiatrique, le Dr Lionel Berthomieu, réanimateur en pédiatrie et l’équipe de cardiologie du Dr Yves Dulac.
Alex dans les bras du Dr Fabio Cuttone, chirurgien cardiaque qui l’a opéré à l’hôpital des Enfants du CHU de Toulouse (Crédit : CHU de Toulouse)
Après 15 jours d’hospitalisation seulement, Alex rentre chez lui avec un cœur totalement sain.  Aujourd’hui, il se rend chaque mois au CHU pour une visite de contrôle et se développe normalement grâce à son cœur tout neuf. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.