Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Tout savoir sur la cryothérapie endobronchique

La cryothérapie est une méthode fort ancienne basée sur les effets du froid sur les tissus vivants. Les effets analgésiques et anti-inflammatoires du froid sont connus depuis des siècles mais ce n'est qu'en 1845 que fut souligné le rôle des basses températures pour induire une destruction tumorale. Les premières applications cliniques humaines utilisant des sondes à circuit fermé remontent à 1959 dans le traitement de tumeurs cérébrales. Par la suite, la cryothérapie a été largement utilisée sur des tumeurs variées.

La cryothérapie est une méthode fort ancienne basée sur les effets du froid sur les tissus vivants. Les effets analgésiques et anti-inflammatoires du froid sont connus depuis des siècles mais ce n’est qu’en 1845 que fut souligné le rôle des basses températures pour induire une destruction tumorale. Les premières applications cliniques humaines utilisant des sondes à circuit fermé remontent à 1959 dans le traitement de tumeurs cérébrales. Par la suite, la cryothérapie a été largement utilisée sur des tumeurs variées.

En 1968, débutèrent les premiers traitements des cancers bronchiques, mais l’arrivée du laser en 1980 réduisit son intérêt apparent. Cette méthode fut cependant bien relancée en France en 1985 et dès 1986, elle fut utilisée à Saint-Etienne dans le service de Pneumologie.

Le service de Pneumologie du CHU de Saint-Etienne fut d’ailleurs pendant des années le seul service au monde à avoir à la fois laser et cryothérapie pour le traitement endoscopique du cancer bronchique. Ces 2 méthodes sont d’ailleurs très complémentaires. Le laser détruit vite les tissus tumoraux par coagulation, mais de façon non sélective avec des risques de perforation. La cryothérapie détruit plus lentement mais de façon très sélective les cellules tumorales avec un respect tout particulier de l’armature bronchique ce qui assure une cicatrisation parfaite sans risque de perforation ou de sténose. Diverses sondes existent, rigides ou souples. Elles fonctionnent avec un gaz comprimé le CO2 ou le NO2 dont la détente brutale dans la tête de la sonde abaisse la température à – 90 ° C environ.

L’application sur un tissu entraîne une cascade d’événements successifs qui ont fait l’objet de multiples travaux au sein de l’équipe d’accueil EA 30 63 de la faculté de médecine de Saint-Etienne. Les cristaux de glace qui se forment dans les cellules cancéreuses vont les tuer, l’obstruction des vaisseaux tumoraux complète l’action et le tissu détruit s’élimine en une dizaine de jours. L’action vasculaire particulière du froid permet d’obtenir des effets de potentialisation avec la radiothérapie ou la chimiothérapie ce qui a fait l’objet de recherches fondamentales poussées sur l’apoptose induite dans l’unité de recherche stéphanoise. Ces recherches ont valu d’ailleurs à son auteur Stéphanois Valérie Forest le premier prix de l’institut international du froid qui lui a été décerné à Pékin en 2007.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.