Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Travailler le langage et la mémoire

Orthophoniste en neurologie au CHU de Nantes, Dominique Bénichou a conçu une boîte à outils à l’usage des patients comme des professionnels pour favoriser la communication en cas de troubles de la mémoire et du langage.
Orthophoniste en neurologie au CHU de Nantes, Dominique Bénichou a conçu une boîte à outils à l’usage des patients comme des professionnels pour favoriser la communication en cas de troubles de la mémoire et du langage.
« Enfant, je créais déjà des jeux, des outils ludo-éducatifs », explique Dominique Benichou. Devenue orthophoniste, elle a commencé par concevoir une « mallette AVC » entrant dans le cadre de l’éducation thérapeutique du patient et contenant notamment des documents destinés à aider les personnes souffrant de troubles du langage, dans les suites d’un AVC, à mieux communiquer.
Et elle a continué. Aujourd’hui, inspirée par sa pratique et ses observations, elle a imaginé un ensemble de supports publiés par des éditeurs spécialisés tels que Ortho édition ou De Boeck/Solal et avec la complicité d’illustrateurs nantais. Entre autres : L’imagier des actions est un jeu de cartes sur les verbes ; Proverbe ne peut mentir contient 360 proverbes dont 120 illustrés ; Quand la mémoire fait des faux est un jeu de rééducation de la mémoire ; "Bon genre bon nombre" permet de travailler en s’amusant sur les thèmes du titre…
Dominique Bénichou est aussi l’auteur d’un manuel d’une application pratique de la thérapie mélodique et rythmée, technique de rééducation des personnes dysfluentes, d’un guide de diagnostic des différents profils d’aphasie et d’une échelle d’évaluation rapide (10 mn) des troubles du langage à la phase aiguë de l’AVC.
« Tous ces supports s’adressent aussi bien aux professionnels qu’aux patients adultes et enfants et à leurs proches, explique Dominique Bénichou. Élaborés au fil du temps et expérimentés en consultation, ils ont été pensés pour s’adresser à un large public. Attrayants, colorés, simples à utiliser, ils constituent d’utiles médiations pour que patient et praticien ou proches partagent et s’investissent ensemble par l’intermédiaire d’un support. J’ai veillé à varier les sujets pour les adapter à différents centres d’intérêt et mieux capter l’attention du patient. » Ce matériel est disponible en librairie ou en ligne.
Le CHU édite des planches de mots quotidiens illustrés, traduites en plusieurs langues (et bientôt en langue des signes), pour aider les patients aphasiques, mais aussi non francophones, à communiquer avec leur entourage ou les équipes soignantes.
À télécharger sur www.chu-nantes.fr (recherche « J’ai été victime d’un AVC »).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.