Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un Centre de Recherche Clinique original

Partenariat inédit entre le public, le CHU de Caen et le privé, Therapharm, le Centre de Recherche Clinique est basé sur la complémentarité.

Partenariat inédit entre le public, le CHU de Caen et le privé, Therapharm, le Centre de Recherche Clinique est basé sur la complémentarité.

Inauguré le 26 novembre 2007, le Centre de Recherche Clinique de Basse-Normandie repose sur un partenariat inédit entre un établissement hospitalier public, le CHU de Caen, et une société de recherche clinique privé, Therapharm Recherches. Forts de leur proximité géographique et de leurs ambitions communes le CHU de Caen et Therapharm ont ainsi choisi de mutualiser leurs moyens et leur savoir-faire par la création d’une structure de recherche partagée capable d’accompagner les industriels et institutions dans le développement des produits de santé et dans la recherche clinique fondamentale.

La dimension universitaire et l’attractivité régionale du CHU de Caen (bassin de population de 2,4 millions d’habitants), l’expertise de Therapharm en terme de développement, constituent autant d’atouts et de compétences que les deux partenaires entendent faire valoir en complémentarité. Les synergies entre les institutions publiques, l’industrie pharmaceutique, le corps médical et les sociétés prestataires de cette recherche créent un terrain particulièrement attractif pour les promoteurs.

L’activité du Centre de Recherche Clinique
Le Centre de Recherche Clinique de Basse-Normandie a pour mission de réaliser tous travaux de recherche, élaboration de projets et d’études cliniques pour le développement de produits de santé dont les applications peuvent être médicales, pharmaceutiques, cosmétologiques. Ces travaux peuvent être d’origine académique, universitaire ou industrielle. Le Centre peut aussi se charger de la rédaction et éventuellement de l’édition de publications et d’ouvrages scientifiques.
Les études cliniques peuvent porter sur le développement de produits de santé, la recherche fondamentale, les études cliniques de phase 1, 2, 3 ou 4 sur des volontaires sains et des patients, des études pharmaco-épidémiologiques.

Les moyens du Centre de Recherche Clinique
Situé au niveau 18 de la tour Côte de Nacre, le Centre de Recherche Clinique de Basse-Normandie constitue une unité de soins à part entière de l’établissement hospitalier. Le professeur Gérard Zalcman, chef de service de pneumologie, coordonnateur de la Fédération de cancérologie, est le coordonnateur du Centre de Recherche, qui rassemble une équipe mixte de praticiens hospitalo-universitaires et de professionnels de la recherche clinique de Therapharm.

Au sein du Centre de Recherche Clinique de Basse-Normandie, le CHU et Therapharm mutualisent leurs moyens
Le CHU assure la mise à disposition des locaux et du matériel, le détachement de personnel médical et paramédical, la mise à disposition de moyens dédiés à l’urgence médicale, la collaboration avec les différents services médicaux et le plateau technique de l’hôpital, Therapharm assure également le détachement de personnel médical spécifique, la mise à disposition de procédures opératoires, de matériels et outils informatiques.

D’une superficie totale de 270m2, le Centre de Recherche Clinique se compose
– de cinq chambres d’hospitalisation de deux lits chacune avec cabinet de toilette,
– d’un salle d’eau,
– d’un box de consultation médicale,
– d’un poste de soins,
– de locaux administratifs pour l’accueil et le secrétariat,
– d’un bureau pour le monitoring des essais,
– d’une salle de réserve de matériel.

Définition
Prolongement clinique de la recherche fondamentale, la recherche clinique a pour but de faire progresser les techniques de soins et de diagnostic à travers l’élaboration et la réalisation de projets de recherche.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”