Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un centre pour soigner les troubles du sommeil

Autrefois négligés, les troubles du sommeil non respiratoires peuvent aujourd’hui être pris en charge de façon efficace. Depuis peu, le centre Visas au CHU de Saint-Etienne propose une consultation du sommeil.

Autrefois négligés, les troubles du sommeil non respiratoires peuvent aujourd’hui être pris en charge de façon efficace. Depuis peu, le centre Visas au CHU de Saint-Etienne propose une consultation du sommeil.
Le centre Visas est un centre de prévention dont l’objectif est de dépister les pathologies du vieillissement chez des sujets en bonne santé apparente. Le dépistage des pathologies du sommeil, notamment neurologiques, intéressent particulièrement le centre en raison de leurs conséquences cardiovasculaires. Le centre Visas effectue de nombreuses recherches sur le sujet et participe à l’amélioration des connaissances des différentes pathologies du sommeil.
Le patient est pris en charge par une équipe pluridisciplinaire composée de médecins spécialistes du sommeil, cardiologues, neurologues, pneumologues, psychologues et techniciens.
Le sommeil occupe un tiers de notre existence et son rôle est capital pour notre organisme. Il n’est pas seulement du repos mais aussi un moment de récupération pour le cerveau qui permet aux cellules du système nerveux central de se recomposer. Les troubles du sommeil altèrent la qualité de vie pendant la journée induisant fatigue, engourdissement, déficits d’attention, de concentration et de mémoire, anxiété, dépression, irritabilité, endormissements au volant ou au travail, baisse de performance, et entraînant par voie de conséquence un retentissement sur la vie socioprofessionnelle.
Presque systématiquement, lorsqu’un patient se plaint d’une fatigue, d’un sommeil non récupérateur et/ou d’une somnolence, le clinicien associe ces symptômes à une pathologie respiratoire au cours du sommeil. Il est néanmoins important de rechercher d’autres causes à ces troubles qui peuvent être d’origine neurologique ou non respiratoire.

Les cinq grandes familles des troubles du sommeil non respiratoires

Insomnie
Ce symptôme fréquent (10 à 15 % de la population) désigne à la fois une durée insuffisante du sommeil et un sommeil non réparateur qui se caractérise par des difficultés d’endormissement, des éveils au cours de la nuit, un réveil matinal précoce ou encore une impression d’absence totale de sommeil.
Troubles des rythmes circadiens
Ces troubles se caractérisent par une difficulté à harmoniser son propre rythme de sommeil avec les contraintes extérieures (travail, vie de famille, etc.).
Hypersomnies
Ces troubles correspondent à une vigilance altérée en durée (hypersomnie) ou en qualité (somnolence diurne). Souvent méconnus, ils ont parfois des conséquences lourdes (accidents fréquents).
Syndrome des jambes sans repos et mouvements périodiques au cours du sommeil
Parasomnies
Il s’agit de phénomènes comme les cauchemars, les terreurs nocturnes (réveil soudain accompagné d’un cri ou de pleurs), le somnambulisme ou la somniloquie (le fait de parler dans son sommeil).

Les personnes qui souffrent de ce syndrome ont constamment envie de remuer leurs jambes. Le syndrome des mouvements périodiques se manifeste par des secousses de quelques secondes, survenant de manière périodique toutes les 30s, affectant surtout les membres inférieurs.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.