Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un « espace bien-être » au CHU !

Le jeudi 10 mai, le service de chirurgie viscérale et transplantations (CVT) inaugurera officiellement l'ouverture d'un « espace bien-être ». Une démarche innovante dans le secteur hospitalier français, qui va permettre aux patients accueillis dans ce service de bénéficier gratuitement de soins de mieux être et d'accompagnement.

Le jeudi 10 mai, le service de chirurgie viscérale et transplantations (CVT) inaugurera officiellement l’ouverture d’un « espace bien-être ». Une démarche innovante dans le secteur hospitalier français, qui va permettre aux patients accueillis dans ce service de bénéficier gratuitement de soins de mieux être et d’accompagnement.

Le Pr Bernard Descottes, responsable du service de chirurgie viscérale et transplantations, a initié et soutient depuis plusieurs mois ces soins destinés à une meilleure prise en charge du stress, de l’angoisse, de la souffrance liés à l’hospitalisation, l’acte chirurgical, la maladie des patients et parfois aussi, dans des situations difficiles, des accompagnants.

Ces « soins de mieux-être et d’accompagnement » étaient jusqu’à présent exclusivement proposés dans les chambres des patients qui exprimaient le souhait d’en bénéficier. Dorénavant, leurs bénéficiaires auront aussi la possibilité de profiter de ces soins de relaxation, de confort, de modelages détente et de sophrologie au sein d’un espace dédié et aménagé spécifiquement : clair, spacieux, et équipé pour pouvoir diffuser des musiques relaxantes.

Deux jours par semaine, ces soins sont dispensés par deux personnels qualifiés employés par le CHU : Mme Sandrine Guillot, infirmière diplômée d’état détachée aux soins psycho esthétiques, et Mme Caroline Roussin, relaxologue, sophrologue et formée aux soins psycho esthétiques.

Le travail est adapté à chaque patient selon ses souhaits et sa pathologie, et effectué en binôme ou en individuel. Un service proposé à trois moments clefs pour le patient : en pré-opératoire (à la consultation), lors du séjour hospitalier, et enfin en post-opératoire (au moment de la consultation de contrôle).

Il est important de souligner que ces soins sont totalement gratuits pour les patients, permettant ainsi à chacun de pouvoir, sans distinction, bénéficier d’un accompagnement de qualité.

Accueil Espace bien-être – Service de chirurgie viscérale et transplantations.
05 55 05 62 14

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.