Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un institut pour mieux dépister et traiter le cancer de la prostate

Réunissant 3 centres spécialisés -le CHU de Rennes, le centre régional de lutte contre le cancer « Eugène Marquis » et la clinique mutualiste de la Sagesse - l'institut de cancérologie de Rennes fondé en 2001 vient de se consolider sous la forme d'un Groupement de Coopération Sanitaire – Institut Régional de Cancérologie de Rennes (GCS-IRCR). Objectif : fédérer les activités des établissements membres notamment dans la prise en charge du cancer de la prostate, harmoniser et améliorer les conditions du dépistage, proposer une meilleure orientation des patients vers les techniques les plus adaptées et offrir un accès plus facile aux traitements palliatifs et aux soins de support.

Réunissant 3 centres spécialisés -le CHU de Rennes, le centre régional de lutte contre le cancer « Eugène Marquis » et la clinique mutualiste de la Sagesse – l’institut de cancérologie de Rennes fondé en 2001 vient de se consolider sous la forme d’un Groupement de Coopération Sanitaire – Institut Régional de Cancérologie de Rennes (GCS-IRCR). Objectif : fédérer les activités des établissements membres notamment dans la prise en charge du cancer de la prostate, harmoniser et améliorer les conditions du dépistage, proposer une meilleure orientation des patients vers les techniques les plus adaptées et offrir un accès plus facile aux traitements palliatifs et aux soins de support.

Cette union des compétences et des moyens techniques s’accompagnera d’un développement de la recherche clinique mené en étroite collaboration avec les laboratoires. En effet, la vocation de cet l’institut est aussi de rapprocher la recherche fondamentale de la recherche clinique en vue de faire bénéficier les patients des avancées les plus récentes .

Une complémentarité synonyme d’efficience
Les différentes missions de cet institut seront réparties selon la spécialité des membres : accueil et examens biologiques au CHU, radiothérapie, curiothérapie au CRLCC, chirurgie au CHU et à la Sagesse, recherche clinique au CHU et au CRLCC.

Dans ce dispositif, le service d’Urologie du CHU va jouer le rôle de « porte d’entrée » unique pour les correspondants médicaux comme pour les patients. Un numéro de téléphone unique permettra de centraliser l’ensemble des appels au secrétariat d’Urologie.

L’institut régional de la prostate propose une prise en charge globale du cancer de la prostate :
Prévention – diagnostic précoce, Diagnostic – information, Choix thérapeutique validé par la réunion de concertation multidisciplinaire (RCP), plan personnalisé de traitement et prise en charge post thérapeutique

Une expertise pluridisciplinaire
Chaque semaine, la réunion de concertation pluridisciplinaire d’urologie (RCP) réunit urologues, oncologues médicaux et radiothérapeutes, radiologues et anatomo-pathologistes . Elle étudie chaque dossier afin de proposer au patient un traitement optimisé et un programme personnalisé de soins selon les référentiels de bonnes pratiques de la haute autorité en santé.
L’ approche thérapeutique
En fonction des caractéristiques du patient et de sa maladie, l’Institut régional de la prostate propose au patient souffrant d’un cancer de la prostate une palette thérapeutique de pointe.

Le diagnostic précoce et IRM
Il consiste en la réalisation d’un toucher rectal et d’un dosage de PSA. Le diagnostic est établi à l’aide de biopsies écho guidées de la prostate, réalisées en général sous anesthésie locale. Une IRM dynamique 3 Tesla peut être proposée.

Les traitements locaux
• Le traitement chirurgical
La prostatectomie radicale, c’est-à-dire l’ablation de la prostate, est réalisée par chirurgie classique ou le plus souvent par chirurgie mini invasive coelioscopique.
• La radiothérapie externe
L’irradiation de la prostate est pratiquée en utilisant les techniques les plus récentes de radiothérapie : Elle est conformationnelle, basée sur la modulation d’intensité ( IMRT) et guidée par l’image (IGRT)
• La curiethérapie
Cette technique de radiothérapie mini invasive consiste à irradier la prostate en y implantant des grains d’iode radioactif.
• L’Ablatherm ®
C’est un nouveau traitement par ultrasons focalisés transrectaux. Cet équipement médical est mis à la disposition de l’Institut avec la participation de la clinique mutualiste La Sagesse.

La surveillance active
Le traitement n’est pas systématique et parfois il est possible de simplement surveiller un cancer de la prostate sans traiter d’emblée.

Les traitements médicaux
Ils sont prescrits sous forme orale ou injectable et consistent en une hormonothérapie ou une chimiothérapie. Une irradiation métabolique par Samarium peut être proposée.

La prise en charge globale du patient
L’institut propose un accompagnement : dispositif d’annonce, information sur les différents traitement possibles et prise en charge des conséquences sociales et fonctionnelles éventuelles des traitements (psychologue, sexologue et kinésithérapeute)

Répartition des consultations et des hospitalisations
Les patients sont accueillis en consultation au Centre Eugène Marquis ou dans le service d’urologie du CHU. L’ hospitalisation pour la chirurgie et l’Ablatherm se fera au CHU dans le service d’urologie. Les curiethérapies seront effectuées au Centre Eugène Marquis durant des hospitalisations de 36 heures. La chimiothérapie sera réalisée dans le service d’oncologie médicale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”