Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un médecin du CHRU de Nancy voit Bleu !

Le Dr Jean Genest, praticien au service des Examens de la fonction respiratoire et de l’aptitude à l’exercice du CHRU de Nancy, a suivi l’équipe française de football féminin pour le Mondial 2014 des moins de 20 ans (U20) au Canada où les « Bleuettes » ont décroché la médaille de bronze face aux Nord-Coréennes le 24 août 2014.

Le Dr Jean Genest, praticien au service des Examens de la fonction respiratoire et de l’aptitude à l’exercice du CHRU de Nancy, a suivi l’équipe française de football féminin pour le Mondial 2014 des moins de 20 ans (U20) au Canada où les « Bleuettes » ont décroché la médaille de bronze face aux Nord-Coréennes le 24 août 2014.
Au sein de la Fédération Française de Football, le Dr Genest gère le suivi longitudinal de sportif de haut niveau des jeunes footballeuses de moins de 19 et 20 ans. En contact toute l’année avec les athlètes et les médecins de leurs clubs respectifs, il vérifie la bonne mise à jour annuelle des examens de santé : prises de sang, épreuve d’effort, échographie cardiaque… Lors des stages de préparation il traite tous les problèmes médicaux – des plus courants aux blessures les plus graves -, de tout le personnel, des joueuses comme ceux de l’ensemble du staff. Il intervient alors en lien avec le kinésithérapeute de l’équipe.
Durant les compétitions, il gère en plus toute la partie diététique (réalisation des menus, cadrage avec les hôtels, etc.) et veille à la mise en place d’un emploi du temps qui équilibre de façon adaptée les temps d’entraînement, de compétition, de repas et de récupération.
En plus du suivi annuel, le Dr Genest s’assure que les examens demandés spécifiquement pour une rencontre sportive, soient bien réalisés et transmis aux autorités organisatrices. Des données dont se sert la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) dans le cadre de statistiques sur les blessures survenant en compétition. L’enjeu étant d’en réduire au maximum le nombre grâce au développement de programmes de prévention plus ciblés.
Lutte contre le dopage : prévention et sensibilisation
Auprès des jeunes sportives, le médecin du sport remplit aussi une mission d’information et de prévention du dopage. Il répond aux interrogations en cas de doute sur un médicament qui pourrait être considéré comme dopant et les accompagne lors des contrôles anti-dopage.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.