Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Découverte d’un nouveau gène de myopathie au CHU de Nantes

Un nouveau gène, FAM111B, vient d’être identifié par l’équipe du service de génétique médicale du CHU de Nantes (Pr Bézieau) en collaboration avec une équipe sud-africaine (Pr Mayosi) et anglaise (Pr Keavney) dans un nouveau syndrome associant une atteinte cutanée, musculaire et pulmonaire*.
Un nouveau gène, FAM111B, vient d’être identifié par l’équipe du service de génétique médicale du CHU de Nantes (Pr Bézieau) en collaboration avec une équipe sud-africaine (Pr Mayosi) et anglaise (Pr Keavney) dans un nouveau syndrome associant une atteinte cutanée, musculaire et pulmonaire*.
Tout a commencé au CHU de Nantes lorsque le Dr Sandra Mercier, généticienne, a diagnostiqué ce nouveau syndrome chez un garçon suivi à la fois en dermatologie par le Dr Sébastien Barbarot et à la consultation multidisciplinaire des maladies neuromusculaires du CHU de Nantes. En effet, cet enfant présentait une atteinte de la peau dite de « poikilodermie congénitale» qui touche principalement le visage et les zones exposées au soleil, ainsi que des signes de myopathie apparus à l’âge de 6 ans.

Une étude par séquençage d’exome complet – nouvelle technologie permettant de séquencer l’ensemble des gènes d’un individu – a été réalisée chez ce patient et ses parents au sein du service de génétique médicale sous la responsabilité du Pr Stéphane Bézieau, chef de service. Les données analysées par le Dr Sébastien Küry, vétérinaire et généticien, ont permis d’identifier une mutation dans un gène candidat, FAM111B.

En collaboration avec l’équipe sud-africaine du Pr Bongani Mayosi qui avait suggéré l’existence de ce syndrome en 2006 à propos d’un cas familial, et l’équipe anglaise du Pr Bernard Keavney, des mutations de ce même gène ont été mises en évidence chez les personnes malades de cette première famille décrite. Ces résultats ont donc permis de confirmer que le gène FAM111B était bien impliqué dans ce syndrome. Depuis, l’équipe du Pr Bézieau a confirmé ce diagnostic chez six autres patients suivis en France et présentant des signes plus ou moins sévères de la maladie.

Cette découverte vient de faire l’objet d’une publication le 21 novembre 2013 dans « The American Journal of Human Genetics** », une des plus prestigieuses revues internationales de génétique médicale.

Les retombées de cette avancée sont importantes pour les patients en termes de conseil génétique et de prise en charge. À l’heure actuelle, la fonction du gène FAM111B reste encore inconnue. Des études fonctionnelles devraient permettre de mieux comprendre les mécanismes physiopathologiques sous-jacents dans l’espoir de proposer des perspectives thérapeutiques à ces patients dans les années à venir.

* poikilodermie héréditaire fibrosante avec rétractions tendineuses, myopathie et fibrose pulmonaire

** Mercier et al., Mutations in FAM111B Cause Hereditary Fibrosing Poikiloderma with Tendon Contracture, Myopathy, and Pulmonary Fibrosis, The American Journal of Human Genetics (2013)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.