Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un service d’ophtalmologie tout neuf pour le CHU de Nantes

Le nouveau service d'ophtalmologie du CHU de Nantes vient d'ouvrir ses portes, pour le plus grand plaisir des soignants et des premiers patients.

Le nouveau service d’ophtalmologie du CHU de Nantes vient d’ouvrir ses portes, pour le plus grand plaisir des soignants et des premiers patients.

L’ancienne consultation d’ophtalmologique datait des années soixante dix. Très peu de salles de consultation médicales fermées et de très grandes salles d’attente communes posaient des problèmes de confidentialité et étaient à l’origine de mauvaises conditions de travail pour les soignants.

Avec un volume de consultation en constante augmentation (+10% en 2007), le service est désormais installé dans des locaux neufs avec une surface adaptée.

25 000 consultants annuels
Ophtalmologie générale, strabologie, pathologies de cornée, greffes de cornée, chirurgie réfractive, chirurgie de la cataracte, pathologies orbito-palpébrales, dégénérescence maculaire liée à l’âge, rétinopathie diabétique, dystrophies rétiniennes, chirurgie du vitré et de la rétine, glaucome, contactologie, ophtalmologie pédiatrique, pathologies inflammatoires, urgences : telles sont les activités médicales du service d’ophtalmologie.

Une forte mobilisation des soignants
Le projet, porté par la direction générale du CHU et établi en concertation avec les équipes soignantes a permis d’adapter l’architecture et les équipements à la pratique des consultations ophtalmologiques actuelles et futures.

Le service est organisé en 4 secteurs prise en charge du segment antérieur de l’oeil (cornée, cataracte, glaucome), prise en charge du segment postérieur (vitré, rétine), prise en charge des urgences et prise en charge des troubles oculomoteurs et ophtalmo-pédiatrie.

Des équipements de pointe
Chaque unité de consultation est désormais dotée d’un réfracteur avec écran LCD (simulateur de lunettes permettant de définir si le patient est myope, hypermétrope, astigmate ou presbyte), de lampe photographique ou vidéographique permettant l’examen du segment antérieur par un examen indolore et non invasif.

Une plus grande superficie, des locaux lumineux et aérés, 16 salles de consultation médicales entièrement fermées, des salles d’examens complémentaires et de nombreuses petites salles d’attente font du service ophtalmologie un secteur de pointe offrant des soins courants et de proximité.

Mais le projet ne s’arrête pas là. Le service veut désormais accroître ses activités de chirurgie réfractive, de chirurgie de la cataracte et de chirurgie palpébrale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.