Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un test de dépistage de l’hépatite C proposé à plus de 2 700 patients

L'hypothèse d'une contamination soignant-soigné conduit le Centre Hospitalier Privé Saint Martin et le CHU de Caen à entreprendre une démarche commune de recherche des personnes potentiellement exposées. Le soignant porteur du virus avait travaillé successivement dans les deux établissements de 1978 à 1998.

L’hypothèse d’une contamination soignant-soigné conduit le Centre Hospitalier Privé Saint Martin et le CHU de Caen à entreprendre une démarche commune de recherche des personnes potentiellement exposées. Le soignant porteur du virus avait travaillé successivement dans les deux établissements de 1978 à 1998.

Un patient opéré en chirurgie cardiaque pour un quadruple pontage au Centre Hospitalier Privé Saint Martin a signalé à la DDASS en février 1997 qu’il avait été diagnostiqué porteur de l’hépatite C, quelques mois après son intervention.

Une enquête approfondie est immédiatement mise en oeuvre par la DDASS du Calvados portant notamment sur l’organisation des soins et l’analyse des pratiques dans les établissements successivement fréquentés par le patient. Début février 1998 sont écartées les causes de contamination liées à des facteurs de risque du patient, à la transfusion de produits sanguins et aux procédures d’hygiène en vigueur dans les établissements et notamment dans le centre hospitalier privé Saint-Martin.

Les autorités sanitaires ont de ce fait envisagé l’hypothèse d’une contamination soignant-soigné et ont proposé à toutes les personnes de l’équipe ayant participé à l’intervention de ce patient de réaliser un test de dépistage de l’hépatite C. Un membre de l’équipe s’est révélé porteur du virus de l’hépatite C.

Cependant, aucun « accident d’exposition au sang » (aucun contact entre le sang du patient et celui du soignant) n’a été relevé pendant l’intervention concernée. Les investigations ont donc été poursuivies et en 1999 le Centre National de Référence des virus des hépatites (Institut Pasteur-INSERM) a été chargé de réaliser une comparaison des virus du soignant et du patient. En septembre 2002, cette comparaison qui repose sur un processus de recherche long et extrêmement complexe, a démontré une forte similitude entre les deux virus.

En février 2003, les résultats de l’enquête ont été remis aux deux établissements.

Après avis des experts et sur recommandation des autorités sanitaires, le Centre Hospitalier Privé Saint Martin et le Centre Hospitalier Universitaire de Caen, ont entrepris une démarche commune de recherche des personnes ayant été potentiellement exposées. Le soignant porteur du virus avait travaillé successivement dans les deux établissements de 1978 à 1998.

Bien que les cas de transmission soignant/soigné de ce virus soient rarissimes, les deux établissements ont pris la décision d’envoyer un courrier personnalisé à près de 2700 patients.
Il s’agit des seuls patients ayant été en contact avec le soignant concerné au cours d’une intervention en chirurgie cardiaque entre le 1er janvier 1978 et le 31 décembre 1988 au CHU de Caen et entre le 1er octobre 1988 et le 31 janvier 1998 au Centre Hospitalier Privé, date à laquelle le soignant a cessé toute activité de soin. Le courrier recommande aux patients d’effectuer par précaution un test de dépistage de l’hépatite C.

Les deux établissements ont chacun mis en place un service d’accueil téléphonique gratuit à l’intention des patients concernés. Ces numéros sont communiqués dans le courrier. Les autorités sanitaires insistent sur le fait que seules les personnes ayant reçu un courrier sont concernées.

Centre Hospitalier Privé Saint Martin
Centre Hospitalier Universitaire de Caen

Contact presse : Guillaume JUBIN
02.31.43.35.28

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.