Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un traitement des déchets plus écologique

Depuis fin 2005, le système d'incinération des Déchets d'Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI) du CHU de Limoges a été remplacé par un système de banalisation de type ECODAS. Présentation d'un projet environnemental d'envergure dont l'acte symbolique sera le démontage de la cheminée d'incinération les 5 et 6 juillet 2006.

Depuis fin 2005, le système d’incinération des Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI) du CHU de Limoges a été remplacé par un système de banalisation de type ECODAS. Présentation d’un projet environnemental d’envergure dont l’acte symbolique sera le démontage de la cheminée d’incinération les 5 et 6 juillet 2006.

Le Ministère de l’écologie et du développement durable signait fin septembre 2002 un arrêté prévoyant un renforcement des normes d’exploitation des incinérateurs applicables aux installations existantes à compter du 28 décembre 2005.
Le CHU de Limoges disposant d’un incinérateur destiné au traitement de la production régionale de DASRI, sa direction des affaires économiques et de l’environnement et la Direction des travaux et du système d’information se saisirent immédiatement du dossier.

S’en suivit alors une étude approfondie de toutes les solutions possibles pour se conformer à cette réglementation avec une question centrale : fallait-il procéder à la mise en conformité du process d’incinération des DASRI déjà en place ou remplacer ce dernier par un procédé alternatif de traitement desdits déchets ?

Le choix de banaliseurs de déchets type ECODAS

Après plusieurs mois d’analyse des incidences environnementales, techniques, et économiques de chacune des solutions, le choix d’un système de banalisation des déchets de type ECODAS s’est imposé au CHU de Limoges. Une décision suivie d’une première installation de 3 machines ECODAS en octobre 2003 avec pour objectif premier de tester et fiabiliser le nouveau procédé, puis de celle d’un quatrième banaliseur de même type installé en octobre 2005 afin de disposer d’une capacité globale de traitement conforme aux besoins régionaux actuels. Au début décembre de la même année, le CHU de Limoges «débranchait » définitivement son incinérateur et répondait ainsi avec quelques semaines d’avance aux nouvelles dispositions environnementales.

Sans rentrer dans des explications techniques complexes, il faut retenir qu’après introduction à l’intérieur d’une cuve de 2000 litres, les déchets infectieux sont broyés puis « stérilisés » via un traitement à vapeur à 138° C et 3,8 bars pendant 10 minutes. A l’issue de cette opération, on récupère alors des déchets se présentant sous la forme de copeaux « stériles » : les déchets précédemment qualifiés d’infectieux et donc à risques sont alors selon la réglementation assimilables à des ordures ménagères. Reste à les compacter puis les acheminer pour partie vers l’usine d’incinération de déchets ménagers de Beaubreuil, à même d’assurer la destruction de ces déchets.

Un système plus respectueux de l’environnement et plus économique

D’un point de vue environnemental, ce nouveau système ne présente que des avantages. En effet, non seulement le traitement in situ des déchets d’activité de soins à risques (DASRI) supprime tous les aléas inhérents au transport de déchets dangereux par route vers un autre site, mais en plus la technique de banalisation de ces déchets se traduit par une absence totale de nuisances environnementales, et plus particulièrement de rejets atmosphériques polluants.

Autant de caractéristiques déjà appréciables pour des personnels pouvant travailler dans des conditions encore plus sécuritaires mais aussi plus confortables, puisque contrairement à l’incinérateur précédemment utilisé, la nouvelle machine ne produit pas de bruit. Des personnels qui sont restés dans une organisation équivalente, mais ont suivi des formations dédiées à l’utilisation de leur nouvel outil de travail.

D’un point de vue économique, le coût de revient du traitement des déchets infectieux à risques infectieux par le CHU de Limoges est aujourd’hui de l’ordre de 460 € par tonne (un montant amené vraisemblablement à diminuer dans le temps). Soit ce que lui facturerait une entreprise externe dûment équipée pour le même type de prestation…à la seule différence, que le CHU de Limoges devrait alors aussi s’affranchir des coûts très significatifs liés au transport de déchets infectieux à risques vers un centre plus éloigné, tel que l’unité Prociner sis à Bassens (33), installation à ce jour la plus proche de Limoges.

Des avantages environnementaux et économiques qui n’ont pas non plus échappé aux clients du centre de traitement du CHU de Limoges. Car il faut rappeler que si le CHU de Limoges traite chaque année 1600 tonnes de déchets produits par ses services, il fait de même pour les 1400 tonnes que lui confient différents établissements médicaux de la région (autres hôpitaux, cliniques et secteurs diffus : médecins libéraux, infirmières libérales, vétérinaires, dentistes, laboratoires d’analyses médicales, …). C’est donc bien toute la région qui profite des infrastructures du CHU de Limoges, lui-même intéressé par une telle mission de service public, laquelle permet par là même d’optimiser la rentabilité d’une telle installation.

Si l’installation du nouveau système de banalisation de déchets a été impulsée par un arrêté ministériel, la recherche de solutions respectueuses de l’environnement fait bien partie d’une volonté plus globale du CHU de Limoges. La récente mise en place d’un système de collecte et de traitement différencié des déchets en fonction de leur nature (à risques infectieux ou non) au niveau de 3 Services de soins et sa généralisation programmée dans le temps s’inscrit dans cette démarche.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”