Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une caresse lyrique comme soin palliatif

Après le succès de l'intervention de la célèbre cantatrice Denia Mazzola Gavazzeni au chevet des patients hospitalisés dans l'Unité de soins palliatifs du CHU de Nice, mercredi 24 mars 2010, patients, médecins, infirmiers, bénévoles, artistes, tous, réclament la mise en place d'interventions d'art lyrique régulières auprès des personnes en fin de vie.

Après le succès de l’intervention de la célèbre cantatrice Denia Mazzola Gavazzeni au chevet des patients hospitalisés dans l’Unité de soins palliatifs du CHU de Nice, mercredi 24 mars 2010, patients, médecins, infirmiers, bénévoles, artistes, tous, réclament la mise en place d’interventions d’art lyrique régulières auprès des personnes en fin de vie.

« Il s’agissait d’une expérience que nous pressentions riche. La réalisation a été au delà de nos espérances. Les artistes ont su adapter leur art à la situation et entrer en relation avec tact avec les personnes en souffrance. Des visages se sont illuminés. Des peines ont pris une dimension spirituelle. La qualité des voix y était pour beaucoup mais aussi la sensibilité et la communication des êtres » écrit le Dr Ciais, responsable de l’Unité, dans une lettre de remerciement adressée à Mme Mazzola.

« Il s’agit d’un véritable souffle de vie, un moment de grâce qui nous aide dans notre chemin de croix » a confié Murielle, atteinte d’une maladie grave des os dégénérescente.

Les personnes présentes mercredi à l’Hôpital Archet 2 ont été témoins d’un moment d’exception. « Nous avons vu des personnes mourantes reprendre contact avec la vie l’espace de quelques secondes au travers d’un sourire, d’un geste de la main pour battre la mesure, d’une bouche muette qui pourtant chantait. »

Denia Mazzola Gavazzeni, soprano de renommée internationale, accompagnée au piano par Margherita Colombo et au chant par la Basse, Marco Sportelli, a su atteindre les patients de l’unité comme aucun membre de l’équipe médicale n’avait pu le faire auparavant. Même la psychologue du service a reconnu sa stupéfaction lorsque Denia s’est adressée à une dame qui jusqu’à présent n’était entrée en communication avec personne tant sa souffrance la recroquevillait sur elle-même. Elle avait les poings serrés. La mâchoire crispée. Les yeux fermés. Elle ne voulait pas entendre chanter. Et puis, dans le couloir elle a entendu la voix de Denia et d’un signe de la tête a fait signe à l’infirmière d’ouvrir la porte de sa chambre. Alors la diva magicienne s’est mise à son chevet. « Dans son lit de souffrance, crispée comme une pierre qui refuse tout, on lui a adressé la parole, je lui ai demandé si je pouvais lui chanter un petit lieder de Schuman, comme elle n’a pas répondu, j’ai commencé Du bist wie eine Blume (tu es comme une fleur). Et soudainement, sa main s’est relâchée, les traits de son visage, figés comme un masque, se sont détendus, ses yeux se sont ouverts et sa bouche qui était jusqu’alors fermée à clef, nous a soufflé « magnifique…merci », c’est là qu’elle a essayé de s’arranger les cheveux, geste d’une coquetterie qui peut revenir comme un rêve passe sur notre vie, grâce au pouvoir de la musique qui nous fait oublier les souffrances du moment ». Denia ne l’a pas guérie mais d’une certaine manière si. Car la plus grande difficulté pour les soignants faces aux personnes en fin de vie est de ne pas parvenir à soulager leur souffrance morale. Pour les douleurs physiques, ils ont tout un panaplie de médicaments à prescrire, mais face à la douleur de l’âme, ils se sentent démunis.

Le parcours lyrique a commencé par l’accompagnement d’une famille en deuil. A chaque patient, la cantatrice a su adapter son répertoire et la puissance de sa voix. Car chacun a un sens vibratoire propre. « Cette expérience a été pour nous plus que difficile sans aucun précédent d’expérience, mais elle nous a tirés fortement vers le haut parce que c’est justement à notre prochain en fin de vie, en vide total d’énergie que je voulais apporter notre petit réconfort à travers le talent de la voix que nous avons reçu ».

Ce à quoi Murielle a répondu : « Que dieu vous bénisse, vous nous avez préparé au trépas sans peur ». N’est-ce pas là l’essence même du soin palliatif ? Ce 24 mars 2010 marquera sans aucun doute le début de l’histoire de la voix chantée comme thérapie de l’âme.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”