Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une équipe lilloise sur la piste d’un nouveau traitement contre l’obésité

Une équipe de recherche associée à l'université et au CHU de Lille montre que le blocage d'un gène spécifique chez l’homme pourrait constituer une nouvelle voie pour le traitement de l’obésité et du diabète associé. Des résultats publiés dans le journal «Molecular Metabolism».
Une équipe de recherche associée à l’université et au CHU de Lille montre que le blocage d’un gène spécifique chez l’homme pourrait constituer une nouvelle voie pour le traitement de l’obésité et du diabète associé. Des résultats publiés dans le journal «Molecular Metabolism».

Le gène CDKN2A impliqué

La perte du gène CDKN2A entraîne un brunissement du tissu adipeux abdominal et une meilleure adaptation au stress métabolique, avec une résistance à l’obésité provoquée par un régime riche en graisse. Ces effets sont confirmés dans des cellules souches humaines.Telles sont les conclusions de l’étude menée par l’unité mixte de recherche 8199 sous la direction du Dr Jean-Sébastien Annicotte et du Pr Philippe Froguel, publiée en décembre 2017 dans «Molecular Metabolism».
Les résultats mis au jour par cette unité associant la Fédération de recherche FR 3508, le CNRS, l’INSERM, l’Institut Pasteur, l’université et le CHU de Lille s’intègrent dans les travaux de recherche de l‘European Genomic Institute for Diabetes – E.G.I.D.
Le blocage du gène CDKN2A entraîne un brunissement du tissu adipeux dans des cellules souches humaines in vivo
L’obésité touche actuellement 1 milliard de personnes dans le monde, dont 40% sont diabétiques. C’est devenu une cause majeure de mortalité précoce. Le développement de nouveaux médicaments contre ce qu’on appelle la «diabésité » est un enjeu majeur de la recherche médicale.

L’art de transformer la graisse blanche en graisse brune

Chez l’humain, le tissu adipeux est constitué de graisse blanche et brune, et à plus de 95% de graisse blanche. L’une des voies de recherche vise à transformer une partie du tissu adipeux blanc en tissu adipeux brun qui favorise le métabolisme.
En effet, alors que les cellules adipeuses blanches jouent essentiellement un rôle de stockage des graisses, les cellules adipeuses brunes ont la capacité unique d’utiliser l’énergie graisseuse pour en faire de la chaleur, permettant ainsi de brûler des calories stockées pour mieux combattre le froid. Pour cela, les cellules adipeuses brunes produisent des protéines mitochondriales impliquées dans la transformation d’énergie en chaleur. L’activation spécifique de ces protéines au sein du tissu adipeux blanc, permettrait ainsi son «brunissement » et l’élimination des calories excédentaires, ce qui en ferait un excellent traitement contre l’obésité et le diabète.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”