Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une maternité écoresponsable qui bat des records

Le CHU de Clermont-Ferrand a obtenu le 18 décembre dernier le label THQSE et ce, avec le niveau le plus élevé. Une véritable reconnaissance pour le CHU et ses équipes qui s’investissent dans le développement durable depuis plusieurs années.

Le CHU de Clermont-Ferrand a obtenu le 18 décembre dernier le label THQSE et ce, avec le niveau le plus élevé. Une véritable reconnaissance pour le CHU et ses équipes qui s’investissent dans le développement durable depuis plusieurs années.
C’est une première dans l’histoire des CHU en France. Le CHU de Clermont-Ferrand vient de recevoir le label THQSE. Mais de quoi s’agit-il ? Le label THQSE (Très Haute Qualité Sociale Sanitaire et Environnementale), gratification particulièrement exigeante en matière de management environnemental, s’inspire de nombreuses lois, normes et accords en la matière (Grenelle 1 et 2, l’accord de Paris, norme ISO 26000, etc.). Ce label se base sur plusieurs critères comme les achats durables et responsables d’une entreprise ou d’une organisation, la qualité de ses produits ou de ses services, ou bien encore l’accueil et le respect des usagers. Aussi, parmi une pléiade de conditions très précises à remplir par les établissements, 70% de ces critères sont nécessaires pour obtenir le précieux sésame. Plus cette jauge augmente, plus le niveau accordé en sera élevé, suivant un ordre bien connu dans le monde du sport : bronze, argent, or. En obtenant le niveau or, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand se hisse pour ainsi dire en haut du podium.

Le bien-être des patients et des soignants avant tout

Depuis plusieurs années, et encore plus depuis 2019, le CHU de Clermont-Ferrand, comme sa maternité, mettent en place bons nombres d’actions et de protocoles favorisant un cadre plus sain et d’avantage respectueux de l’environnement. Dans une forme de continuité, le CHU s’est donc engagé dans ce processus de labellisation et a été auditionné par l’organisme certificateur SOCOTEC sur sa politique de développement durable, et plus particulièrement, sur l’activité de sa maternité.

Chambre pédagogique universelle de la maternité du CHU de Clermont-Ferrand, crédit photo : CHU de Clermont-Ferrand
Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice, explique que cette démarche a découlé de plusieurs échanges entre tous les professionnels de santé investis dans une démarche écoresponsable au travail ou à la maison. Au fil des discussions entre les services et les différentes directions de l’hôpital, il est apparu évident que la maternité devienne la première vitrine de cet engagement vertueux, soit associée au label THQSE. « On voulait partir avec un hôpital où le début de la vie est le plus sein possible », résume la sage-femme.
Afin d’obtenir ce label et pour garantir une maternité seine et écoresponsable aux patients comme aux équipes soignantes, plusieurs actions et changements ont été opérés, allant de la production de documents informatifs sur l’allaitement à la modification de certaines pratiques d’hygiène. Ainsi, les sols ne sont par exemple plus nettoyés avec des produits nocifs pour l’environnement, mais aux microfibres, à l’eau ou avec une machine à vapeur. Si cela implique des ajustements au niveau de l’organisation, cette évolution prouve une efficacité égale avec les produits utilisés jusqu’alors. Des investissements, qui pour les soignants de cette maternité, sont parfaitement naturels : « ce label, il reconnaît du bon sens et c’est accessible à tous. », confirme Emilie Blanchet.

Salle d’allaitement de la maternité du CHU de Clermont-Ferrand, crédit photo CHU de Clermont-Ferrand

La prochaine étape, c’est quoi ?

Ce label étant valable 3 ans, la maternité compte bien le conserver, mais aussi aller plus loin. Elle réfléchit en effet à une plaquette d’informations pratiques et concrètes destinée aux patientes pour tout le processus de grossesse, jusqu’après l’accouchement. Autre levier d’action potentiel, des formations destinées aux professionnels de santé pour qu’ils puissent orienter les patients vers des démarches écoresponsables : réduction du gaspillage alimentaire et des barquettes repas en plastique, meilleure gestion des achats pour aller vers davantage de produits seins,  ou encore installation dans les chambres de la maternité de fauteuils évoluant en lit pour mieux accueillir accompagnants et visiteurs.
Symbole de cette préoccupation des CHU pour les questions d’environnement et de transition écologique, la maternité de Clermont-Ferrand pourrait bien ne pas être la dernière à être associée au label THQSE.
Romain Pillet 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.