Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une nouvelle unité de stérilisation pour une sécurité renforcée

Après une phase de 21 mois de travaux qui s'est étendue de septembre 2004 à juin 2006, les nouveaux locaux de la stérilisation du CHU de Limoges sont désormais en service. D'un montant de 2,5 M d'euros, cette restructuration s'inscrit dans une démarche d'amélioration continue de la sécurité offerte aux patients, comme la rénovation des 23 salles opératoires dont les travaux ont récemment été achevés.

Après une phase de 21 mois de travaux qui s’est étendue de septembre 2004 à juin 2006, les nouveaux locaux de la stérilisation du CHU de Limoges sont désormais en service. D’un montant de 2,5 M d’euros, cette restructuration s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue de la sécurité offerte aux patients, comme la rénovation des 23 salles opératoires dont les travaux ont récemment été achevés.

Dans les « coulisses » de l’hôpital mais essentielle aux services de soins, aux consultations et aux blocs opératoires, la stérilisation est une étape indispensable pour prévenir les infections nosocomiales.

L’unité de stérilisation n’a cessé d’évoluer au cours des années et notamment ces derniers mois. Elle a fait l’objet d’une profonde restructuration pour être en conformité avec les toutes dernières réglementations et normes.
La direction du CHU, à l’écoute et partie prenante pour ce challenge de mise en conformité, a souhaité une stérilisation résolument tournée vers l’avenir avec pour objectif majeur, la sécurité des patients.

Un environnement et des équipements performants
Désormais toutes les étapes du traitement des instruments de chirurgie : nettoyage, conditionnement, stérilisation, sont regroupées sur un même site. Ces opérations sont faites avec des équipements de dernière génération, performants, dont le bon fonctionnement a été vérifié par une société de métrologie. Deux laveurs-désinfecteurs, deux tunnels de lavage fonctionnant en flux continu, une cabine pour laver les équipements de transport des instruments, cinq stérilisateurs à la vapeur d’eau, deux stérilisateurs à basse température constituent un parc d’équipements permettant de répondre aux besoins des 23 salles d’opération et plus de 2000 lits d’hospitalisation du CHU, mais aussi à ceux du centre hospitalier Esquirol et du centre hospitalier Jacques Boutard à Saint Yrieix la Perche.
L’activité de l’unité représente un total de 700 000 dispositifs médicaux traités tous les ans.

L’environnement de travail est complètement maîtrisé : chaque zone est alimentée par un air traité dont la qualité tant au niveau des bactéries que du nombre de particules en suspension, répond aux exigences des normes. Les surfaces (murs, sols), les plans de travail, le mobilier, sont conçus pour un entretien aisé.
Chaque étape, chaque boîte d’instruments fait l’objet d’une traçabilité informatique permettant de suivre le circuit des instruments et d’identifier en particulier tout le matériel utilisé pour un patient au cours d’un acte opératoire. Pour une traçabilité totale, le logiciel est relié à celui des blocs opératoires qui gère les dossiers des patients. Ainsi, à tout instant, il est possible de savoir où se trouve l’instrument, quelle étape il vient de subir, et d’identifier les différents patients qui ont subi un acte avec cet instrument.

Un personnel compétent et formé
Sous la responsabilité d’un pharmacien hospitalier, 35 personnes (responsable qualité, infirmiers, aides-soignants, agents des services hospitaliers) assurent le fonctionnement de cette unité de 6 heures à 22 heures, avec une permanence les dimanches et jours fériés. En plus de leur connaissance de soignants, elles sont spécifiquement formées aux techniques de stérilisation et à l’hygiène.

L’intégration dans des locaux complètement refaits n’est pas une fin en soi, mais marque bien le début d’une nouvelle vie pour la stérilisation avec toujours pour objectifs le maintien du « zéro germe » sur chaque instrument, l’assurance pour les chirurgiens, médecins, soignants, et donc les patients, de disposer en temps utile d’un produit conforme à leurs attentes.
Le souci constant de l’amélioration des prestations a imposé à chaque agent d’intégrer cette politique d’amélioration dans son travail et son comportement, ce qu’il fait avec succès.

Gage de cette qualité qu’offrent les équipements et le professionnalisme des agents de l’unité, la certification ISO 9001 version 2000, obtenue en 2002, a été officiellement confirmée pendant et à l’issue des travaux de restructuration. Cette certification atteste que la sécurité des patients est assurée à tout moment.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.