Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Urgence cardiaque : le SAMU du Nord sauve une vie grâce à l’assistance circulatoire

La technique innovante d’assistance circulatoire lors d’un arrêt cardiaque a été utilisée avec succès par l’équipe du SAMU du Nord en mai dernier, permettant de sauver un patient de 43 ans. Les professionnels du SAMU du Nord deviennent ainsi la troisième équipe de réanimation pré-hospitalière dans le monde à déployer cette technique très avancée, après celles de Paris et de Lyon.
La technique innovante d’assistance circulatoire lors d’un arrêt cardiaque a été utilisée avec succès par l’équipe du SAMU du Nord en mai dernier, permettant de sauver un patient de 43 ans. Les professionnels du SAMU du Nord deviennent ainsi la troisième équipe de réanimation pré-hospitalière dans le monde à déployer cette technique très avancée, après celles de Paris et de Lyon. 
Expérimentée depuis décembre 2018 par les équipes du SAMU du Nord et du CHU de Lille pour la prise en charge des patients en arrêt cardiaque, l’assistance circulatoire consiste à gagner un maximum de temps en relayant momentanément le cœur arrêté par une machine reliée au patient, directement sur les lieux de l’intervention. Cette pompe extérieure permet d’assurer la circulation et l’oxygénation du sang durant le transport à l’hôpital.
Une technique qui permet d’améliorer la survie de certaines victimes, lorsque leurs antécédents médicaux le permettent, ainsi que les délais et les circonstances de l’arrêt cardiaque. Dans ce cas précis, une équipe spécialisée d’assistance circulatoire est envoyée sur les lieux de l’intervention en plus de l’équipe de secours.

Une formation d’un an et demi

Les patients ainsi réanimés sous circulation extra corporelle et ventilation assistée peuvent être transférés et pris en charge au sein du plateau technique de l’Institut Cœur Poumon du CHU de Lille. Cela a été le cas pour le patient de 43 ans qui a été réanimé en mai, et qui se porte bien à ce jour.
Initiée par le SAMU de Paris (Hôpital Necker, APHP) dès 2012, suivie par le SAMU de Lyon (CHU de Lyon) en 2017, cette technique a été expérimentée par une équipe du SAMU du Nord composée de médecins urgentistes et d’infirmiers, lors d’une formation d’un an et demi auprès des équipes parisiennes et lyonnaises.
Pour rappel: chaque année, 46 000 personnes meurent d’un arrêt cardiaque en France, 1 700 dans le département du Nord, et 800 dans la métropole lilloise. Seulement 5% de ces personnes parviennent à récupérer une activité cardiaque et sortent de l’hôpital sans séquelles.

« L’assistance circulatoire est une innovation majeure dans le traitement de l’arrêt cardiaque. Le SAMU du Nord est très fier de pouvoir proposer cette technique à ses patients, dans une région fortement touchée par les pathologies cardiovasculaires» – Dr Patrick Goldstein, responsable du SAMU du Nord, chef du pôle de l’Urgence du CHU de Lille


« Le médecin urgentiste qui pose cette assistance circulatoire procède à la mise en place de tubulures et de canules de manière chirurgicale directement dans la cuisse du patient. Ces tubulures sont reliées à la pompe qui assure la circulation du sang, et vient ainsi remplacer le cœur»Dr Jérôme Cuny, médecin urgentiste au SAMU du Nord

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”