Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Urgences Cardio : Front commun pour des soins plus pertinents et plus rapides

Consultation spécialisée dans les 24h, urgences douleurs thoraciques, post-urgence cardio-gériatrique… Lorsqu’une pathologie cardiaque se déclare, elle relève très souvent de l’urgence vitale, du moins tant que le diagnostic n’est pas établi. Le facteur temps est primordial. Plus réactive et plus collaborative, la nouvelle organisation de la cardiologie toulousaine optimise les chances des patients. Pour riposter à l'attaque cardiaque, les compétences sont déployées en ordre de bataille. Visite de trois escadrons toulousains sur le pied de guerre...

Consultation spécialisée dans les 24h, urgences douleurs thoraciques, post-urgence cardio-gériatrique…  Lorsqu’une pathologie cardiaque se déclare, elle relève très souvent de l’urgence vitale, du moins tant que le diagnostic n’est pas établi. Le facteur temps est primordial. Plus réactive et plus collaborative, la nouvelle organisation de la cardiologie toulousaine optimise les chances des patients. Pour riposter à l’attaque cardiaque, les compétences sont déployées en ordre de bataille. Visite de trois escadrons toulousains sur le pied de guerre…
Un maillage étroit du parcours du patient cardiaque admis en urgence
La consultation de cardiologie non programmée
Animée par les équipes médicales des Professeurs Michel Galinier et Didier Carrié, cette consultation dispensera un avis expert dans les 24 h qui suivront la demande téléphonique d’un médecin traitant.
Très attendue par la médecine libérale, cette consultation non programmée fonctionne du lundi au vendredi de 12h à 14h.

L’Unité de Douleur Thoracique (UDT) de 4 lits
Le service des Urgences de l’Hôpital Rangueil, placé sous la responsabilité médicale du Professeur Sandrine Charpentier, accueille à proximité la nouvelle Unité de Douleur Thoracique de 4 lits dédiés à l’accueil de patients nécessitant une exploration prioritaire et rapide.
Le positionnement de ce type d’unité aux urgences est une 1ère en France et se justifie car l’admission du patient se fait toujours par les urgences puisque la prise en charge initiale est réalisée par le SAMU (15),
De plus, la pathologie cardiaque (syndrome coronaire aigu, dissection aortique, etc…) est la première étiologie recherchée du fait d’un risque de mortalité élevé en cas de retard de diagnostic. Mais au final, seuls 15 % des patients présentant une douleur thoracique relèvent de la cardiologie.
Une collaboration urgentiste / cardiologue étroite et immédiate s’avère être un facteur de chance supplémentaire pour le patient qui dispose immédiatement d’un plateau technique ad hoc pour mettre en œuvre les traitements les plus adaptés.
Le Post Urgence Cardio-Gériatrique (PUCG) de 6 lits
Au sein de l’unité de Post Urgence Gériatrique (PUG), le Post Urgence Cardio-Gériatrique, placé sous la responsabilité médicale du Professeur Fatémeh Nourhashémi, est doté de 6 lits dédiés à cette activité.
L’accueil au PUCG peut se faire en amont d’explorations cardiologiques (échocardiographie, coronarographie, etc…) ou en aval de la prise en charge de l’urgence cardiologique.
Cette unité accueille, après admission par les urgences, les séniors les plus fragiles, porteuses de plusieurs maladies chroniques à risque de décompensation et/ou à risque de perte d’autonomie ou d’aggravation.
Ici aussi, la collaboration pluridisciplinaire, gériatre-cardiologue, représente un gain de chance supplémentaire pour le patient, lui offrant une prise en charge globale et une orientation vers la filière la plus adaptée à sa sortie de l’hôpital.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.