Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Varices : la révolution de la radiofréquence

Brest se dote d’une nouvelle arme thérapeutique contre les varices : la radiofréquence. Indolore, réalisée en ambulatoire, sans séquelles, la radiofréquence se distingue des traitements traditionnels par sa légèreté et son efficacité. Cette innovation peut être proposée à la majorité des patients qui n’ont jamais été opérés pour cette affection.

Brest se dote d’une nouvelle arme thérapeutique contre les varices : la radiofréquence. Indolore, réalisée en ambulatoire, sans séquelles,  la radiofréquence se distingue des traitements traditionnels par sa légèreté et son efficacité. Cette innovation peut être proposée à la majorité des patients qui n’ont jamais été opérés pour cette affection.
 
Après la réalisation d’une cartographie veineuse et une consultation de chirurgie vasculaire, le patient pourra bénéficier de la thermothérapie induite par radiofréquence bipolaire. L’intervention effectuée en ambulatoire sous anesthésie locale dure 45 minutes : une électrode extrêmement fine est introduite sous anesthésie locale dans la veine. L’énergie délivrée va faire se rétracter la veine sur elle-même. Les suites opératoires sont réduites l’absence de douleur, d’hématome, ou de conséquences cicatricielles. L’arrêt de travail est limité à 24 heures.
Cette technique de pointe est dispensée sans surcoût pour le patient.
Les varices se traitent habituellement par « éveinage », c’est-à-dire retrait des parties de veines malades. Une opération qui nécessite d’inciser au niveau du pli de l’aine, de ligaturer et qui entraîne une convalescence et 3 semaines d’arrêt de travail.
De la simple varicosité à la thrombose veineuse superficielle, les jambes lourdes font souffrir 25 millions de personnes en France et cette affection a  progressé 36% en huit ans selon une étude Ipsos-santé). Au-delà de 70 ans, plus de 75% des femmes et plus de 50% des hommes sont touchés par ces pathologies.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.