Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Violences sexuelles au sein de l’Eglise : retour sur 1 an d’écoute et d’accompagnement des victimes

Un an après sa création, la Cellule d’Ecoute et d’accompagnement des Auteurs et Victimes de violences sexuelles au sein de l’Eglise (CEAVE) dresse un point d'étape d'un long processus de réparation. Sur les 12 derniers mois 32 appels téléphoniques, dont 7 appels hors Languedoc-Roussillon et 11 appels concernant des violences sexuelles hors Eglise. La première année de fonctionnement de la CEAVE a permis de rencontrer 3 familles et 5 victimes de violences sexuelles au sein de l’Eglise.
Un an après sa création, la Cellule d’Ecoute et d’accompagnement des Auteurs et Victimes de violences sexuelles au sein de l’Eglise (CEAVE) dresse un point d’étape d’un long processus de réparation. Sur les 12 derniers mois 32 appels téléphoniques, dont 7 appels hors Languedoc-Roussillon et 11 appels concernant des violences sexuelles hors Eglise. La première année de fonctionnement de la CEAVE a permis de rencontrer 3 familles et 5 victimes de violences sexuelles au sein de l’Eglise.
Les faits avaient eu lieu entre les années 40 et 60 et la plupart des personnes impliquées étaient décédées. Tant masculine que féminine, les victimes avaient été abusées de manière répétée entre 6 et 14 ans. Pour toutes les personnes rencontrées, l’impact sur le développement psycho-affectif et sexuel a été majeur. 5 personnes ont souhaité rencontrer Monseigneur Carré afin de rendre compte de leur histoire et alerter l’autorité ecclésiale. Ces échanges ont été particulièrement importants pour mettre fin à la honte et la culpabilité, favorisant ainsi le processus de réparation après cette première étape de reconnaissance.

En complément de la cellule d’écoute des interventions sont réalisées en milieu scolaire (information auprès de l’encadrement de l’école catholique) et au sein du diocèse (journée d’information). Au regard du bilan de cette première année, il a été décidé par l’ensemble des parties de prolonger ce partenariat autour de la cellule d’écoute et de renforcer les interventions du Centre Ressource pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles-Languedoc Roussillon (CRIAVS-LR) autour de l’information et de la prévention. 

Une boite à outils de prévention des violences en particulier sexuelles a conçue à l’attention de tous les professionnels intervenants auprès d’enfant et/ou d’adolescents âgés de 5 à 18 ans.
Dans le prolongement de la conférence des évêques de 2010 « lutter contre la pédophilie», la cellule d’écoute et d’accompagnement a été créée sur la base d’une convention cadre signée par Messieurs Le Ludec, Directeur Général du CHU de Montpellier et Monseigneur Carré, Archevêque de Montpellier, le 26 mai 2016. Il s’agit du premier partenariat Eglise-Hôpital au service de la lutte contre les violences sexuelles. Le Centre Ressource pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles-Languedoc Roussillon du CHU de Montpellier apporte ses ressources, compétences et expériences aux acteurs locaux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.