Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Visages de La Bâtie » conversations avec la génération d’antan du 30 nov au 28 janv

"Visages de La Bâtie" conversations avec la génération d'antan du 30 nov au 28 janvLes treize "Visages de La Bâtie" rappellent que les hôpitaux sont aussi des lieux de résidence pour nos aînés. 120 000 d'entre eux ont élu domicile dans un de leurs établissements d'hébergement pour personnes agées dépendantes (EPHAD). Nichée au pied du massif de Belledonne, à Saint Ismier (38), la Maison de retraite de La Bâtie dépend du CHU de Grenoble. Elle accueille 80 résidents et leur propose un soutien médical et surtout -serait-on tenter de dire- un accompagnement relationnel qui embellit leurs journées. Tout a commencé avec les ateliers de parole animés par la conteuse Hélène Poncet. L'image s'est imposée ensuite quand le photographe Franck Ardito a invité les résidents à poser devant son objectif. Il fallait garder la trace de ces témoignages et des ces instantanés privilégiés. Pourquoi pas dans un livre ? Séduits par le projet, la tutelle, les acteurs culturels et les élus soutinrent la réalisation du recueil : « De choses et d'autres », souvenirs de résidents de la Maison de retraite de La Bâtie. Aujourd'hui l'ouvrage se décline en une exposition de portraits légendés. Dans le hall de l'hôpital Michallon, treize figures hiératiques croisent le regard des visiteurs, convoquent des souvenirs partagés, réminiscences d'une époque qui affleure à la surface du présent.
Les treize « Visages de La Bâtie » rappellent que les hôpitaux sont aussi des lieux de résidence pour nos aînés. 120 000 d’entre eux ont élu domicile dans un de leurs établissements d’hébergement pour personnes agées dépendantes (EPHAD). Nichée au pied du massif de Belledonne, à Saint Ismier (38), la Maison de retraite de La Bâtie dépend du CHU de Grenoble. Elle accueille 80 résidents et leur propose un soutien médical et surtout -serait-on tenter de dire- un accompagnement relationnel qui embellit leurs journées. Tout a commencé avec les ateliers de parole animés par la conteuse Hélène Poncet. L’image s’est imposée ensuite quand le photographe Franck Ardito a invité les résidents à poser devant son objectif. Il fallait garder la trace de ces témoignages et des ces instantanés privilégiés. Pourquoi pas dans un livre ? Séduits par le projet, la tutelle, les acteurs culturels et les élus soutinrent la réalisation du recueil : « De choses et d’autres », souvenirs de résidents de la Maison de retraite de La Bâtie. Aujourd’hui l’ouvrage se décline en une exposition de portraits légendés. Dans le hall de l’hôpital Michallon, treize figures hiératiques croisent le regard des visiteurs, convoquent des souvenirs partagés, réminiscences d’une époque qui affleure à la surface du présent.
Pour le photographe Franck Ardito « chaque portrait est une rencontre. C’est le sens que je donne depuis bientôt vingt ans à mon travail auprès des résidents de La Bâtie : rencontres avec des danseurs ou avec une école primaire, exposition sur le thème du jardin, après-midi contes, fêtes annuelles avec les familles des résidents ont laissé sur les murs des images de joie et de partage. »
J’ai eu à coeur de mettre des visages sur ces témoignages touchants, offerts par celles et ceux qui me sont familiers. Lorsque j’installe un vrai studio photo à la Bâtie, c’est le grand jeu ! Quel plaisir de voir arriver les résidents, tantôt coquets, tantôt nature, chacun à sa manière, tout heureux de participer activement à ce devoir de mémoire. Parler de soi, s’exposer au regard des autres : pas facile mais tellement important pour les personnes âgées en institution.
Devant l’humilité, la sagesse des anciens, le photographe s’efface et laisse place à l’instant. Et si mes grands-parents étaient encore là ? » s’interroge Franck Ardito

L’exposition photographique « Visages de la Bâtie » est présentée par la clinique de médecine de gériatrie du CHU de Grenoble et le photographe Franck Ardito, du 30 novembre 2010 au 28 janvier 2011 – tous les jours Hôpital Michalon – Hall Vercors – rdc Haut.
Entrée libre et gratuite

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.