Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Volontaires du Service civique : 40 jeunes « AMIH » aux côtés des patients du CHU de Toulouse

Ils ont entre 18 et 25 ans et se sont volontairement engagés à travailler au CHU de Toulouse pour 6 à 12 mois. Pour beaucoup il s’agit d’une première expérience professionnelle qui leur mettra le pied à l’étrier. Au sein de ce service public prestigieux, leur mission d’intérêt général consiste à renseigner et accompagner les patients et leurs proches à partir d’un point de rencontre situé au sein des différents sites hospitaliers. Ils participent aussi à la promotion du CHU digital
Ils ont entre 18 et 25 ans et se sont volontairement engagés à travailler au CHU de Toulouse pour 6 à 12 mois. Pour beaucoup il s’agit d’une première expérience professionnelle qui leur mettra le pied à l’étrier. Au sein de ce service public prestigieux, leur mission d’intérêt général consiste à renseigner et accompagner les patients et leurs proches à partir d’un point de rencontre  situé au sein des différents sites hospitaliers.  Ils participent aussi à la promotion du CHU digital en présentant ses nouveaux services interactifs : Clic & Consult’ », nouveau portail numérique « My CHU », application pour téléphone portable, demandes de rendez-vous en ligne…  Intervenant en binômes, les jeunes sont également mandatés pour inciter le public à répondre à des enquêtes de satisfaction ciblées : questionnaires de recueil de besoins, sondages et enquêtes flash…

En accueillant ces 40 volontaires, le CHU de Toulouse témoigne sa solidarité
en faveur d’une grande cause, l’insertion professionnelle des jeunes. Il place ce dispositif au service des patients et de sa politique d’hospitalité déployée sous la bannière d’AMIH. Ce sigle caractérise les actions d’« Accompagnement, Médiation, Information menées à l’Hôpital ». Pour les accueillir, le CHU de Toulouse a obtenu un agrément auprès de la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale le 19 mai 2015.
Le CHU propose au jeune volontaire un accompagnement personnalisé de son projet 
La structuration des missions, l’appel à volontariat auprès des services, l’encadrement administratif des jeunes sont assurés par la Direction des relations avec les usagers au sein du département attractivité- rayonnement du CHU de Toulouse. Ces 40 jeunes volontaires sont suivis tout au long de leur service par un tuteur et bénéficient d’un plan de formation adapté. Une indemnité leur est versée par l’État et une compensation complémentaire en nature sous forme d’accès aux restaurants professionnels de l’hôpital leur est donnée par le CHU.

Leur formation comprend deux modules obligatoires
(gestes d’urgence ; formation civique et citoyenne) et des formations complémentaires à l’initiative du CHU :
• sécurité incendie et sécurité électrique ;
• hygiène ;
• présentation des métiers d’emplois publics.
Dans ce cadre, le CHU de Toulouse a organisé une session de présentation des métiers de la santé et de la sphère publique (éducation nationale, pompiers, armée de terre) aux volontaires du service civique qui sont, pour certains, proches de la fin de leur mission.

Pour répondre aux exigences du dispositif, un partenariat avec l’association Unis-Cité apporte un suivi aux jeunes volontaires. Leur réflexion sur leur projet d’avenir est soutenue afin de préparer au mieux leur insertion sociale et professionnelle.
En savoir plus sur le Service civique volontaire 
Engagement volontaire d’une durée de 6 à 12 mois réglementé par la loi n°2010- 241 du 10 mars 2010, le service civique vise à « renforcer la cohésion nationale et la mixité sociale en offrant à toute personne volontaire l’opportunité de servir les valeurs de la République et de s’engager en faveur d’un projet collectif, en effectuant une mission d’intérêt général auprès d’une personne morale agréée ». 
Au-delà de ses formes d’engagement et de volontariat, le service civique mobilise la jeunesse et lui propose un nouveau cadre dans lequel les volontaires peuvent mûrir. Ils gagnent en confiance, et peuvent saisir cette opportunité pour réfléchir à leur propre avenir, tant citoyen que professionnel. Le dispositif au CHU de Toulouse compte aujourd’hui une quarantaine de jeunes missionnés sur les différents établissements et exerçant en binôme.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.