Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Vous avez dit neuroradiologie ?

La neuroradiologie interventionnelle se développe à grands pas. Cette spécialité permet de visualiser les artères en trois dimensions et d'obtenir une image utile pour comprendre leur anatomie et le positionnement des anévrysmes. Depuis la première consultation, 303 patients ont été traités au CHU de Limoges par cette nouvelle technique en perpétuelle évolution.

La neuroradiologie interventionnelle se développe à grands pas. Cette spécialité permet de visualiser les artères en trois dimensions et d’obtenir une image utile pour comprendre leur anatomie et le positionnement des anévrysmes. Depuis la première consultation, 303 patients ont été traités au CHU de Limoges par cette nouvelle technique en perpétuelle évolution.

Cette spécialité est apparue dans les années 1970 afin de répondre à la nécessité de traiter par voie endovasculaire des pathologies intraitables par voie chirurgicale.
Au cours de ces 10 dernières années, la proportion de patients traités par ces techniques s’est accrue très fortement du fait de progrès technologiques majeurs et de l’expérience croissante des neuroradiologues interventionnels. Le traitement endovasculaire est désormais proposé en première intention pour bon nombre de pathologies vasculaires.

La neuroradiologie interventionnelle est une spécialité pratiquée depuis près d’un an au CHU de Limoges. La construction du bloc de neuroradiologie interventionnelle a permis son développement en 2004.
En effet, le projet médical du CHU, en cohérence avec le SROS du Limousin, priorise la prise en charge des affections neuro-vasculaires, et en particulier les accidents vasculaires cérébraux. C’est à ce titre que l’établissement a également organisé une unité neuro-vasculaire dans le service de neurologie et projette la création prochaine d’une unité spécialisée dans la réadaptation des AVC dans le service de médecine physique et de réadaptation (hôpital Jean Rebeyrol), dans le cadre de l’aménagement transversal d’une filière AVC dans l’établissement.

Les nouveaux outils, développés spécifiquement pour cette activité, permettent la visualisation des artères cérébrales en trois dimensions. On obtient à l’aide de rayons X et après traitement informatique, une image 3D qui est particulièrement utile pour comprendre l’anatomie des artères et le positionnement des anévrysmes.

Cette technique spécifique, nécessaire au traitement des lésions des vaisseaux dans le cerveau, est depuis peu pratiquée dans l’unité de neuroradiologie interventionnelle du CHU. Ainsi, les anévrysmes intracrâniens, l’infarctus cérébral à la phase aiguë, les malformations artério-veineuses, ou bien encore les sténoses carotidiennes font partie des pathologies traitées.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.