Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Zika peut persister 4 mois dans le sperme

"La présence de virus Zika est retrouvée durant un temps court dans le sérum et les urines des volontaires alors que cette excrétion peut persister dans le sperme jusqu’à 120 jours chez certains patients."
"La présence de virus Zika est retrouvée durant un temps court dans le sérum et les urines des volontaires alors que cette excrétion peut persister dans le sperme jusqu’à 120 jours chez certains patients."
Ce constat est l’un des principaux résultats de l’étude portant sur les liens entre l’infection au virus Zika et la fonction de reproduction chez l’homme menée sur 15 volontaires par les CHU de Toulouse et de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) avec la participation de l’Inserm de Rennes et de l’institut Pasteur de Guadeloupe. Cette recherche vient d’être publiée dans le numéro du 21 août de la revue médicale Lancet Infectious Diseases.
15 hommes ayant une infection par le ZIKA virus ont été recrutés au tout début de l’infection et suivis durant une période de 120 jours, à Pointe-à-Pitre, avec les prélèvements de sang et de sperme au 7ème, 11ème, 20ème, 30ème, 60ème, 90ème et 120ème jour après le début de l’infection.

Les principaux résultats de cette étude

– L’excrétion du virus dans le sperme s’avère donc persistante (120 jours chez certains patients) et sa détection peut être intermittente.
– Trois profils de volontaires sont décrits en fonction de l’excrétion virale dans le sperme : ceux qui n’excrètent pas le virus dans le sperme, ceux qui l’excrètent en même temps que l’excrétion dans les urines ou le sang et ceux qui l’excrètent plus longtemps alors que le virus a disparu du sérum et des urines.
– L’ARN du virus est plus fréquemment et plus longtemps détecté dans le sang total que dans le sérum et l’urine. Cela montre que la recherche dans le sang total est plus efficiente que dans les urines ou le sérum pour le diagnostic.
– Les charges virales peuvent être élevées dans le sperme suite à l’infection aiguë et les techniques de préparation de sperme classiquement employées pour obtenir des populations de spermatozoïdes dépourvue de virus (« lavage de sperme »), par exemple lors de l’infection par le VIH, ne sont pas obligatoirement performantes ici. Du virus compétent a été mis en évidence dans le sperme éjaculé et dans les fractions de spermatozoïdes obtenus après préparation de sperme.
– L’infection ZIKA a des conséquences sur les caractéristiques du sperme et les hormones de la reproduction qui sont modifiées avec notamment une diminution de la quantité de spermatozoïdes dans l’éjaculat. A 120 jours tout semble rentrer dans l’ordre.
Ce projet de recherche a été soutenu par des fonds de l’Agence de la Biomédecine, l’Agence Régional de Santé de Guadeloupe et en partie par l’Inserm/REACTing
*Cette étude coordonnée par le Pr L. Bujan (groupe de médecine de la reproduction – CECOS, CHU de Toulouse et Equipe de Recherche en Fertilité Humaine, Université Paul Sabatier, M. Walschaerts) a impliqué le Centre Caribéen de Médecine de la Reproduction – CECOS du CHU de Pointe-à-Pitre (Dr G. Joguet, Dr N. Prisant, L. Pavili), le Service de Virologie du CHU de Toulouse (Pr Ch Pasquier, Dr JM Mansuy, Pr J. Izopet), le service de biochimie hormonologie du CHU de Toulouse (S. Hamdi), l’Institut Pasteur de Guadeloupe (S. Guyomard), le cabinet de médecine générale de l’aéroport, Pointe-à-Pitre (Dr P. Lamarre), le laboratoire Synergibio Pointe-à-Pitre (L. Pavili) et l’Inserm IRSET de Rennes (N. Dejucq-Rainsford, G. Matusali).
http://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(17)30444-9/fulltext?elsca1=tlxpr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

HCL : une série vidéo destinée aux patients du cancer digestif 

Le mois dernier, les Hospices Civils de Lyon ont publié une série vidéo destinée aux patients atteints d’un cancer digestif, afin d’expliquer en toute transparence le parcours de soins mis en place à l’hôpital Lyon Sud. Une initiative qui se veut rassurante pour les personnes atteintes.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.