Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1er Prix pour la société Thérenva qui sécurise le largage de stent

Une jeune entreprise hébergée au centre d'innovation technologique*, la société Thérenva fondée par les docteurs Cemil Göksu, ingénieur, Antoine Lucas, chirurgien vasculaire et Pascal Haigron maître de conférence en traitement du signal et de l'image vient de recevoir le 1er prix du concours 2008 des technologies médicales innovantes pour son dispositif EndoNaut de chirurgie endovasculaire assistée par ordinateur. Cette station de navigation peropératoire offre une assistance innovante aux gestes endovasculaires et permet de sécuriser le largage de stents et d'endoprothèses complexes. Cette distinction a été remise par l'alliance pour le génie biologique et médical.

Une jeune entreprise hébergée au centre d’innovation technologique*, la société Thérenva fondée par les docteurs Cemil Göksu, ingénieur, Antoine Lucas, chirurgien vasculaire et Pascal Haigron maître de conférence en traitement du signal et de l’image vient de recevoir le 1er prix du concours 2008 des technologies médicales innovantes pour son dispositif EndoNaut de chirurgie endovasculaire assistée par ordinateur. Cette station de navigation peropératoire offre une assistance innovante aux gestes endovasculaires et permet de sécuriser le largage de stents et d’endoprothèses complexes.
Cette distinction a été remise par l’alliance pour le génie biologique et médical.

Thérenva a déjà été lauréate en 2006 et 2007 du concours national d’aide à la création des entreprises de technologies innovantes.

Mieux connaître Thérenva
Thérenva soutient aussi la téléformation. Avec son aide technique et l’appui des équipes des ingénieurs du DIFSI du CHU, le Docteur Lucas et Mme Allain (IDE plaies et cicatrisation) ont pu former simultanément 1 500 médecins et infirmières répartis dans 21 salles de France sur la prise en charge de patients présentant une artériopathie des membres inférieurs au stade du sauvetage de membre. Les professionnels se sont vus rappeler les règles de prise en charge des patients souvent algiques et ont pu suivre en direct la réalisation de pansements spécifiques sur des patients consentants. Grâce à l’interactivité de la téléformation, l’assistance a pu poser directement ses questions aux orateurs soit par SMS soit par chat.

Ce jour là, la téléformation a fait la preuve de son fort impact pédagogique et sera renouvelée. L’infrastructure technique mise au point par la DIFSI, le CHU et l’équipe Thérenva est à la disposition des services souhaitant appliquer cette forme innovante de communication pédagogique.

*Le centre d’innovation technologique du CHU de Rennes
Créé en 2005 par le département de cardiologie et maladies vasculaires du CHU de Rennes, en collaboration avec l’université de Rennes 1 donne une impulsion nouvelle aux collaborations initiées depuis plusieurs années avec le monde industriel et le milieu de la recherche. Objectif : mettre au point de nouveaux traitements en matière de cardiologie notamment dans le traitement de l’insuffisance cardiaque. Les avancées technologiques ont permis par exemple la mise au point de stimulateurs pour resynchroniser la contraction du coeur et de défibrillateurs pour prévenir le risque de mort subite.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”