Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1ère chirurgicale française : le CHU de Limoges se dote d’un O-ARM

Bien plus qu'un GPS du chirurgien, le O-ARM® est un tout nouveau système de navigation en temps réel. Il constitue une avancée majeure pour la chirurgie rachidienne et encéphalique pouvant améliorer les résultats pour les patients. Inauguré officiellement aujourd'hui, au CHU de Limoges, le premier O-ARM® a déjà été utilisé avec succès à 24 reprises depuis son acquisition en octobre par le Pr Jean-Jacques Moreau et son équipe, dans le service de neurochirurgie du CHU de Limoges.

Le système d’imagerie O-ARM®, qui a reçu la marque CE en novembre, est la seule plateforme agréée qui fournit aux chirurgiens la fluoroscopie à haute résolution, la radiologie conventionnelle et des informations 3D en temps réel avec un temps d’exposition fluoroscopique réduit. Destiné à l’origine à être utilisé en chirurgie orthopédique et rachidienne, le système d’imagerie O-ARM® devrait voir son champ d’application s’élargir et intégrer notamment la chirurgie crânienne.

La première installation en France a eu lieu à l’hôpital Dupuytren du CHU de Limoges. Selon le Pr Jean-Jacques Moreau, chef du service de neurochirurgie, le système O-ARM®, utilisé avec les outils de navigation de Medtronic, assure une précision et une sécurité des interventions aujourd’hui inégalée. « La combinaison de la navigation chirurgicale et de l’imagerie per opératoire 3D avec une exposition aux rayonnements réduite garantit le plus haut degré d’excellence possible dans le traitement chirurgical des pathologies encéphaliques ou rachidiennes complexes ».« La navigation chirurgicale assistée par ordinateur (CAS) va favoriser l’essor des procédures mini-invasives et l’administration des médicaments biologiques », a indiqué Eric Blondel, Directeur de la Division navigation de Medtronic. « En ajoutant le système O-ARM® à l’offre Medtronic, nous sommes en mesure de fournir une solution homogène et complète, intégrant l’imagerie et la navigation CAS, aux chirurgiens qui utilisent notre technologie. Cette collaboration est une opportunité majeure d’introduire des technologies innovantes rendant possibles de nouvelles procédures, accroissant l’efficacité du bloc opératoire et pouvant améliorer les résultats pour le patient ».Le système O-ARM®, avec son arceau télescopique breveté et son détecteur à écran plat qui lui permettent de recueillir des images 2D ou 3D en quelques secondes, est conçu spécifiquement pour être utilisé par des chirurgiens dans des blocs opératoires conventionnels. Il donne des images de haute qualité, comparables à celles des scanners. Les fonctions électromécaniques permettent un positionnement répétable de l’arceau entre les prises de vue et laissent la voie libre pour accéder au patient. Une première chirurgicale réussieDepuis l’acquisition en octobre dernier, le Pr Jean-Jacques Moreau et son équipe ont réalisé les premières interventions chirurgicales françaises avec l’OARM : mise en place de prothèse discale, réalisation d’arthrodèse vertébrale, d’ostéosynthèse rachidienne et de repérage intra-cérébraux en condition stéréotaxique.Le Pr Jean-Jacques Moreau témoigne : « Ce système d’imagerie numérique per opératoire présente un intérêt pour le malade car il permet d’obtenir une imagerie en temps réel de l’acte opératoire aussi bien dans le repérage que dans le contrôle per opératoire et le résultat post-opératoire immédiat. C’est un équipement qui deviendra prochainement indispensable dans une salle de stéréotaxie ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”