Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1ère thyroïdectomie ambulatoire réalisée pour un cancer à l’AP-HP

Les équipes du service de chirurgie viscérale et endocrinienne de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP, dirigées par le Pr Fabrice Menegaux, ont réalisé le 13 juin 2018 la première thyroïdectomie ambulatoire chez une femme de 51 ans souffrant d’un cancer de la thyroïde. La patiente est entrée au bloc à 10h et a pu quitter l’hôpital avec son accompagnant à 16h. Elle a bénéficié d’une prise en charge optimale, d’un suivi postopératoire rapproché et se porte bien.
Les équipes du service de chirurgie viscérale et endocrinienne de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP, dirigées par le Pr Fabrice Menegaux, ont réalisé le 13 juin 2018 la première thyroïdectomie ambulatoire chez une femme de 51 ans souffrant d’un cancer de la thyroïde. La patiente est entrée au bloc à 10h et a pu quitter l’hôpital avec son accompagnant à 16h. Elle a bénéficié d’une prise en charge optimale, d’un suivi postopératoire rapproché et se porte bien.
Cette intervention s’ajoute aux huit autres thyroïdectomies réalisées au sein de la nouvelle unité de chirurgie ambulatoire multidisciplinaire de la Pitié-Salpêtrière AP-HP, depuis son ouverture début avril 2018.  
Le Pr Fabrice Menegaux et son équipe ont ainsi opéré en collaboration avec le département d’Anesthésie-Réanimation, notamment du Dr Sophie Di Maria et du Pr Mathieu Raux, et l’unité Thyroïdes-Tumeurs Endocrines du Pr Laurence Leenhardt.

La chirurgie thyroïdienne adaptée à l’ambulatoire

La chirurgie thyroïdienne se prête à une prise en charge ambulatoire car l’intervention n’est pas très longue (environ deux heures), elle est peu douloureuse grâce aux protocoles d’analgésie, et son taux de complications postopératoires immédiates est faible.
Le cancer (confirmé ou suspecté) est l’une des indications de la chirurgie thyroïdienne, tout comme les nodules ou les goitres multinodulaires compressifs avec gêne à la déglutition ou à la respiration, et certaines hyperthyroïdies. Le cancer thyroïdien a un excellent pronostic mais sa guérison passe dans l’immense majorité des cas par une intervention chirurgicale pour effectuer une thyroïdectomie qui consiste à pratiquer l’ablation de tout ou partie de la thyroïde. Cette exérèse est le plus souvent complétée par l’ablation de ganglions lymphatiques (curage) cervicaux car il s’agit d’un cancer très «lymphophile», s’étendant précocement à ces ganglions.

Tous les avantages d’une unité dédiée

L’ouverture à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP de la nouvelle unité entièrement dédiée à la chirurgie ambulatoire avec des circuits parfaitement définis, un personnel soignant (médical et paramédical) formé aux spécificités de cette prise en charge, une information et une organisation assurée par des IDEC (infirmières coordinatrices), et des protocoles de surveillance bien établis, a été une opportunité pour débuter en toute sécurité cette activité chirurgicale particulière.

La nouvelle unités de chirurgie ambulatoire multidisciplinaire de la Pitié-Salpêtrière a été inaugurée en mai 2018. elle est le fruit d’un investissement de 9 millions d’euros de l’AP-HP
C’est donc après l’ouverture de cette plateforme et après des travaux effectués à partir d’une base de données de plus de 15 000 patients opérés de la thyroïde dans le service du Pr Fabrice Menegaux* qu’a été définie une échelle de risque d’hématome permettant de préciser les facteurs favorisant cette complication et ainsi d’exclure de l’ambulatoire des patients dont le risque serait trop élevé.
Le nombre de patients opérés en ambulatoire de la thyroïde devrait augmenter progressivement en respectant, au sein de cette unité de chirurgie ambulatoire dédiée et organisée autour du patient, les protocoles anesthésiques et chirurgicaux établis à partir d’une large expérience et d’une analyse très précise des risques.
Le développement de la chirurgie ambulatoire à l’AP-HP  
* [Chereau N. et al. (Groupe hospitalier Pitié – Salpêtrière AP-HP, Sorbonne Université), travaux présentés au 39th Annual Meeting of the American Association of Endocrine Surgeons (AAES), 2018, Durham (USA)]

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”