Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

7 établissements fondent le Réseau Alcool-Toxiques du Ponant

Fondé au cours de l'été 2007, le Réseau Alcool-Toxiques du Ponant réunit 7 établissements et services hospitaliers du Nord-Finistère désireux de mutualiser leurs efforts dans les domaines de l'Alcoologie et de l'Addictologie. La création de ce réseau est le fruit de 6 ans de travaux de groupes autour des conduites addictives, de remise en question, de volonté de mieux collaborer pour améliorer le service rendu aux patients. Cette dynamique répond aussi aux souhaits de l'ARH et des tutelles qui encouragent le développement des complémentarités.

Fondé au cours de l’été 2007, le Réseau Alcool-Toxiques du Ponant réunit 7 établissements et services hospitaliers du Nord-Finistère désireux de mutualiser leurs efforts dans les domaines de l’Alcoologie et de l’Addictologie. La création de ce réseau est le fruit de 6 ans de travaux de groupes autour des conduites addictives, de remise en question, de volonté de mieux collaborer pour améliorer le service rendu aux patients. Cette dynamique répond aussi aux souhaits de l’ARH et des tutelles qui encouragent le développement des complémentarités.

Le réseau poursuit plusieurs objectifs au premier rang desquels figure l’optimisation de l’organisation des services et la complémentarité de l’offre, la volonté d’encourager les échanges et les collaborations (formation des professionnels, analyse des pratiques…).
Le réseau s’engage également à mettre en oeuvre une politique de prévention et d’information auprès des différents publics, à participer à des missions de recherche et d’enseignement.

Afin de remplir ces missions le réseau développera des actions d’information en direction du grand public et des colloques à l’attention des professionnels de santé et des médecins généralistes en particulier. Les membres du réseau pourront aussi prendre part à
des ateliers d’analyses et d’échanges autour des pratiques professionnelles et à des sessions communes de formation continue.

A leur actif, les partenaires affichent deux colloques d’addictologie – le prochain se déroulera le 11 octobre 2007 « Les ivresses » à Landerneau – des ateliers d’échanges de pratiques professionnelles et de connaissances (8 à ce jour) et une fiche de liaison de pré admission en service d’alcoologie.

Le réseau est ouvert à l’adhésion des publics suivants
– professionnels de santé, adhérant à titre individuel ou au titre de leurs associations professionnelles.
– associations d’usagers ou à objet sanitaire.
– professionnels ou organismes de la prévention en alcoologie et/ou addictologie.
– collectivités locales, etc…

Les partenaires à l’origine du réseau
– Le Centre Hospitalier Universitaire de Brest – Service d’addictologie – Lasègue-Hôpital de Bohars.
– Le Centre Hospitalier des Pays de Morlaix – Service d’Alcoologie – Buhez Nevez.
– L’Hôpital d’Instruction des Armées Clermont Tonnerre de Brest – Service de Psychiatrie.
– Le Centre Hospitalier Ferdinand Grall de Landerneau – Unité d’Alcoologie-Addictologie de liaison – Yan’Dargent.
– L’Hôpital local LeJeune – CSA l’Estran de Saint-Renan.
– L’Association Ty Yann de Brest – Pôle d’Alcoologie-Addictologie – Services Ker Digor et Ar Styvel.
– La Clinique Pen an Dalar de Guipavas.

Association type loi de 1901, le réseau a installé son siège au Centre Hospitalier Ferdinand Grall, BP 719, 29207 LANDERNEAU Cedex.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”