Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

A Amiens, de nouveaux espaces de soins au Centre Saint-Victor

Un nouvel espace ambulatoire accueille au Centre Saint-Victor, boulevard de Beauvillé à Amiens, les patients sur l’accueil de jour gériatrique et les consultations spécialisées. Ce lieu est dédié à la prise en soins d’une population plus vulnérable qui se trouve au cœur de la ville. Il est facilement accessible en transport en commun, et à proximité du plateau technique de rééducation et de l’expertise gériatrique du centre Saint-Victor.
Un nouvel espace ambulatoire accueille au Centre Saint-Victor, boulevard de Beauvillé à Amiens, les patients sur l’accueil de jour gériatrique et les consultations spécialisées. Ce lieu est dédié à la prise en soins d’une population plus vulnérable qui se trouve au cœur de la ville. Il est facilement accessible en transport en commun, et à proximité du plateau technique de rééducation et de l’expertise gériatrique du centre Saint-Victor.
L’Hôpital De Jour (HDJ) gériatrique de 3 places est tourné vers 4 thématiques gériatriques principales : chutes et troubles de la marche ; plaies et escarres ; troubles cognitifs majeurs ; dépistage et prévention des fragilités… Les consultations gériatriques qui y sont proposées permettent une évaluation spécialisée concernant principalement les chutes, les troubles du comportement et les consultations mémoires labellisées. 
Dans le cadre du projet d’amélioration de la prise en charge des patients présentant des démences à l’EHPAD des Hortillons, rattachée au CHU, les espaces d’animation ont été rénovés avec la création d’une salle dédiée à la cuisine et d’un espace numérique consacré à l’initiation et la pratique des outils informatiques. Ces espaces sont ouverts aux résidents de l’EHPAD des Hortillons et à ceux des unités de soins de longue durée. Cette rénovation a bénéficié d’un appui financier de l’ARS Hauts-de-France.

La thérapie du voyage

Enfin, le service de gériatrie a collaboré avec la société SIGO Healthcare pour la conception d’une réplique de compartiment de train permettant aux personnes âgées atteintes de maladies neuro-dégénératives de bénéficier de la thérapie du voyage, une pratique imaginée en Italie il y a plusieurs années qui réduirait les troubles psycho comportementaux.
@CHUAmiens
L’entreprise a fait don de ce prototype au service de gériatrie afin que la tolérance de cette thérapeutique innovante soit testée scientifiquement auprès des résidents et des patients du centre Saint-Victor et que son efficacité pour réduire les oppositions aux soins ou l’anxiété soit prouvée. SIGO Healthcare a conçu une version démontable et donc facilement déplaçable. Elle est lauréate d’un concours d’innovations pour ce projet.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.